A Conakry : Les dessous de l’habillement en africain les vendredis

La valorisation du tissu africain, un objectif de la plus part des stylistes et hommes de mode. En Guinée, elle se présente par divers styles de coutures. Souvent portés par certaines filles et dames à Conakry en plus de peu d’hommes, le textile africain est plus utilisé les Vendredis. C’est devenu comme une coutume dans les universités, les bureaux, les marchés, partout la majorité n’oublie pas de se vêtir a l’africaine, ce ne reste pour être parmi ceux qui donnent la valeur au continent, même si c’est un seul jour dans la semaine.

a lafricaineLes uns portent le tissu africain parce que c’est un jour saint, donc ils décident d’aller faire la prière du vendredi. Les autres justes parce que c’est comme une coutume en Guinée, et d’ailleurs dans plusieurs pays africains, donc eux aussi veulent paraître ainsi.

Mademoiselle Diallo utilise le textile africain une seule fois par semaine, parce que « c’est très vilain d’aller à l’université en européen ou américain les vendredis. Même si je le fais en sexy, je préfère porter le tissu africain comme tous les professeurs et les étudiants exceptionnellement ce jour, car je suis aussi fière d’être africaine, » affirme Diallo.

Mr Bah qui aussi parait africain en habillement que les vendredis, le fait juste pour aller à la mosquée « c’est vrai que je pars à la prière tous les jours que je suis disponible. Mais les vendredis jours saints, je m’habille très bien dans la tradition africaine et musulmane. Même l’islam dit de paraître bien et propre, les jours de fête et saints pour aller à la mosquée, » confie t-il.

Le tissu traditionnel qui ressort la beauté et la valeur africaine, n’est pas au gout de plusieurs africains comme Mr Barry, « moi je n’aime pas m’habiller à l’africain, surtout les bazins ça ma dérange trop quand il fait chaud. Je porte le tissu africain qu’à des occasions de cérémonies familiales, et pendant les fêtes religieuses. »

Il y a bien sûr des femmes qui ne s’habillent pas à l’africaine que les vendredis, alors pour elles ce n’est pas une nouveauté d’être en tissu traditionnel, ce jour saint du vendredi.

Aminata Pilimini Diallo