Cheffe de cabinet du ministère de l’enseignement supérieur, Zeinab Camara est l’une de ces guerrières 

Author

Categories

Share

Mme Zeinab Camara, cheffe de cabinet du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique est née à Conakry et a grandi entre l’Afrique et l’Europe. La trentaine, elle est mère de famille, femme active et jeune dynamique.

Zeinab Camara (crédit photo Socra)

Zeinab Camara a commencé ses études primaires à Conakry, étant fille d’un diplomate, elle part retrouver son père au Caire en Égypte où elle a intégré le lycée Français. En 1991, Zeinab part en France toujours dans le cadre des études, elle y a continué son primaire jusqu’au collège. Puis c’est en Afrique du Sud elle ira pour deux ans d’études au lycée Français où elle rate son brevet. C’est encore en France elle retourne pour passer son brevet et y faire le lycée. Après l’obtention de son bac, Mme Zeinab choisit l’Angleterre pour faire l’anglais pendant six mois à la base, mais y reste pendant 11 ans.

Ayant compris que c’est un pays d’opportunité, Zeinab a continué ses études dans ce pays. Elle y a donc fait une année de langue anglaise accompagnée d’autres cours, avant d’être acceptée en deuxième année Relation Internationale et Politique Américaine. Pendant trois ans elle a fait ses études dans des situations très difficiles pour une femme mais est sortie gagnante.

Son but étant de revenir en Guinée pour contribuer au développement communautaire, Zeinab poursuit ses études en Gestion de l’Administration Publique avec un focus sur la Gouvernance et Développement Locale. Elle y sort avec un diplôme de master. Entre temps elle faisait des formations en Leadership, prise de parole et autres pour pouvoir atteindre ses objectifs.

Zeinab Camara (crédit photo Socra)

Très impliquée dans les affaires de la communauté guinéenne en Angleterre, Zeinab a été interprète au niveau de la justice britannique pour les réfugiés qui venaient de la Guinée, mais aussi des autres pays francophones. Elle y a appris à connaître la souffrance de sa communauté et leurs besoins.

Si Zeinab était fille de diplomate, elle n’a tout de même pas hésité à travailler en tant que serveuse dans un restaurant en France dès l’âge de 15 ans, pour pouvoir subvenir à ses besoins. Aînée d’une famille de huit enfants, ses parents l’ont fait savoir qu’elle doit être modèle. Elle a donc pris son destin en main en se battant partout où elle est passée.

Zeinab a fait la plonge en Angleterre, pour financer ses études en anglais. Maligne et ambitieuse, elle a décidé de travailler dans un magasin d’habits afin de gagner l’argent mais surtout pratiquer son anglais.

Comme la vie est faite d’étapes, Zeinab essaye de quitter les magasins pour entrer dans les bureaux. Alors elle n’est pas mal partie, car là c’est directement à la mairie de l’Ester en tant qu’assistante administrative. Après sa licence, elle a été recrutée au ministère de la santé comme assistante administrative d’un programme pour l’interconnexion informatique des centres de santé, dans la ville où elle habitait. C’est après son master qu’elle a décidé de quitter tout le confort dans lequel elle était, pour rentrer dans son pays et réaliser son rêve qui est de contribuer au développement de la Guinée.

Revenue sans perspectives en 2008, Zeinab Camara est recrutée juste après deux semaines au ministère de la décentralisation et du développement local pendant trois ans. Une occasion pour elle de sillonner toute la Guinée et comprendre que sa place y est pour pouvoir servir.

Audacieuse, elle a approché M. Kiridi Bangoura à la porte d’un restaurant pour lui dire qu’elle voulait travailler avec lui. Ce dernier lui demande d’envoyer son CV et elle l’a fait puis très vite prise à la présidence, où elle a énormément appris en termes de gestion des ressources humaines. C’est là Zeinab a mis en place le Service Civique d’Aide au Développement SCAD.

En 2011, Zeinab est approchée par Rio Tinto pour être leur conseillère relation gouvernementale. Elle a servi pendant sept ans dans cette société en grimpant du poste de conseillère relation gouvernementale, au poste de conseillère principale, puis directrice de relation communautaire.

Zeinab Camara (crédit photo Socra)

En 2016, Zeinab voit son nom à la télé l’informant qu’elle est nommée cheffe de cabinet du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. C’est à ce poste que Mme Zeinab Camara a pu redéfinir l’image de son département en étant ouverte à la jeunesse et aux femmes. Ce qui fait d’elle une jeune femme sollicitée presque partout dans le pays où ça parle jeunes et femmes.

Membre du collectif Pas Sans Elles GN, Zeinab Camara reconnaît être féministe et donc se bat pour la promotion des femmes et leurs droits. Elle est d’ailleurs sur un projet d’autonomisation des femmes avec la plateforme Women Investement Club Guinée.

Aminata Diallo

Author

Share