Affaire Moussa Yero: des femmes  viennent à sa rescousse

Le Mouvement de Soutien à Moussa Yéro Bah était devant la presse ce lundi, toutes en foulards orange. Elles étaient là pour lire un discours de soutien par rapport à la condamnation de cette journaliste défenseuse des Droits humains.

Moussa Yéro Bah est condamnée par le tribunal de  première instance de Dixinn, le 03 janvier dernier pour « diffamation sur la personne de Mamadou Oury Baldé« .

Le discours a été rendu public par Kadiatou Diallo nouvelle membre du mouvement, qui a récemment rejoint le rang avec beaucoup d’autres femmes. « C’est un coup dure pour nous activistes des droits de l’Homme qui nous battons au quotidien pour le mieux-être des populations Guinéennes. Cette condamnation ne nous ébranle point cependant. Nous continuerons ce noble combat auprès des victimes de violence de tout genre. Condamnées ou pas nous mènerons cette lutte, sans jamais fléchir, » assure-t-elles.

Dans le même discours, ces femmes alertent, « nous alertons ici l’opinion nationale et internationale sur ce qui est en train de ressembler à une persécution d’une activiste, dans l’exercice de son double métier de femme défenseure et journaliste.
En tant que légalistes, nous croyons fermement au principe du double degré de juridiction en République de Guinée et espérons que le droit sera dit dans cette affaire. »

Pour elles, Mme Moussa Yèro Bah reste et demeure une journaliste et activiste chevronnée qui travaille avec professionnalisme. « Nous lui renouvelons ici notre soutien indéfectible face à cette difficile épreuve qu’elle traverse aujourd’hui. Cette situation ne nous ébranlera nullement dans notre engagement pour la lutte contre toutes formes de violence ou de discrimination à l’égard des femmes. Ensemble pour la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, » ont-elles conclu.

Selon Mme Halimatou Balde membre du mouvement, « si la justice décide de condamner Moussa Yéro, parce qu’elle a interjeté appelle, nous serons à ses côtés et nous l’apporterons un soutien moral. Nous allons nous battre ensemble nous activistes pour permettre à Moussa Yéro de payer l’amende qui lui sera infligée. Donc nous ne pourrons pas être légalistes et être contre la décision judiciaire. »

Cependant, Hadja Idrissa Bah présidente du Club des Jeunes Filles Leaders de Guinée et membre du mouvement, appelle Mme Yéro à attacher plus son pagne, de ne pas lâcher et surtout de continuer le combat car elle est leur exemple.

Mariam Diallo