Analyse : la place de la femme…

Je vais en ce mois des femmes essayer de dire en quelques lignes ce que je pense de ce thème. Dire tout d’abord, la « place de la femme »  montre deux chose : c’est soit, elles n’ont pas une place intéressante ou soit, elles n’en ont pas du tout, car le titre est un petit peu clair là-dessus si jusque maintenant on parle encore de cette problématique qui est un fait tangible.

08mars

08mars

Quand Karl Marx dit que « la religion est l’opium du peuple », il dit vrai et je pense que certaines femmes en ont pris une dose,  je le rejoins dans le cas où elle est utilisée pour exploiter certaines personnes. Il y a plusieurs personnes qui passent par le dogme pour soumettre, la solution à cela : c’est l’éducation de la femme, je pense qu’elles doivent connaitre les manuscrits religieux pour ne pas se faire arnaquer. Dans la société les uns ne devraient être ceux qui doivent se soumettre même dans l’injustice pour valider les actions les plus maladroites des autres. Les tâches à exécuter ne sont pas des tâches pour une catégorie de sexe, sauf dans de rares exceptions due à la constitution physique des uns et des autres (procréation).

Par contre, les travaux ménagers par exemple ne sont pas que féminins, les hommes aussi peuvent les faire. D’ailleurs, ce n’est pas forcé pour la femme de le faire même en Islam pour ceux qui veulent vérifier, voyez la sourate 2, verset 228 Dieu dit : « walahunnamithlu l-ladhi ‘alayhinna bi-l-ma’ruf(i)’’ »Et les femmes ont des droits sur les hommes semblables à ceux que les hommes ont sur elles ». Plus loin, dans le même Coran, on nous parle du droit de la femme au travail ainsi que pour celui de l’homme, un droit à un travail et à un salaire : « li-r-rijalinaseebunmimmaktasabu, wa-li-n-nisa’inasibunmimmaktasabn(a) » (Sourate 4, verset 32) « Pour les hommes il  y a une part de ce qu’ils se seront acquis, et pour les femmes il y a une part de ce qu’elles se seront acquises», [acquisition à travers un effort fourni, salaire après un travail]. Donc, ceux qui parlent au nom de la religion pour amoindrir le droit d’une catégorie de personnes doivent revoir ces deux versets seulement !

sarraounia

sarraounia

Culturellement aussi, il y a des choses qu’on doit mettre à jour, car la femme, ‘ta femmes’ n’est pas une/ta bonne mais celle avec qui tu partages tout, tu l’as dit que tu l’aimes, elle t’a dit pareil. Quand on parle de la femme, il y a toujours un gap à combler. De fois, ce qui me fait mal, c’est quand des jeunes ou des hommes parlent au nom de la femme, pour promouvoir son image juste pour escroquer des institutions qui financent ce mouvement. D’autre part, culturellement, depuis l’éducation traditionnelle ainsi que celle moderne, on s’accentue beaucoup plus sur celle de l’homme en dépit de celle de la femme. On apprend la femme à se soumettre, se soumettre et se soumettre…

Ne dit-on pas souvent dans un problème de couple qu’elles n’ont jamais raison, chose fausse, doublement fausse. Comment est-ce qu’elles peuvent avoir éternellement tort ? Il y a des choses à revoir dans nos attitudes et la configuration de notre psychisme.  Les femmes même disent quand elles doublent une classe, « ce n’est pas grave, moi au moins j’aurai un mari », les parents enchainent en disant par exemple au frère de la fille, ne sois pas comme ta sœur, tu es appelé à être responsable, à te marier, à fonder un foyer, ta sœur elle peut avoir quelqu’un qui va la marier, c’est comme si on a tendance à dire à l’homme de redoubler d’effort et à la femme de ne pas s’inquiéter quelqu’un la prendra en charge…

Fatou Balde Yansané

Fatou Balde Yansané

En revanche,même la Grèce antique avec sa démocratie tant chantée, tant glorifiée, n’autorisait pas aussi à la femme de prendre parole en public, le droit de vote était de sexe masculin, quelle démocratie, quelle grandeur ! En tout cas, je ne chanterai point la gloire d’une institution ségrégationniste, jamais. De la démocratie, des droits [trop adroites] de l’homme, on peine encore à trouver une solution, une place adéquate à la femme, l’homme est préparé pour être l’élite et la femme pour le booster dans l’ombre avec une ingratitude et un machisme sans égal. Démocratie, démocratie là même, les Etats-Unis qui sont aujourd’hui considérés comme la plus grande nation démocrate n’a pas de PRESIDENTE…donc, la place de la femme est à redessiner.

Honneur aux femmes !

Soyez en avant, réclamez votre droit n’est pas de l’impolitesse !

Cordialement, BALDE, Elhadj Ousmane

Sociologue – Ecrivain