Circulation de gros billet en Guinée : La nouvelle coupure ne serait pas la bienvenue chez les commerçantes

La banque centrale de la république de guinée (BCRG) a mis sur le marché d’échange cette semaine, une nouvelle coupure qui est le billet de vingt mille francs. Une monnaie qui vient s’ajouter aux billets de dix mille, de cinq mille, de mille, de cinq cent et de cent francs. Les cinq cent et cent qui se font rare ont tendance à se remplacer par ce gros papier de vingt mille, une nouvelle qui n’a pas plu aux citoyens mais surtout aux femmes d’affaires.

VINGT MILLE FRANC GUINEENMadame Fatou Camara commerçante est inquiète et a peur de ce billet de vingt mille francs guinéen pour son commerce, car « Avec les petits billets les acheteurs ne viennent pas. Est-ce que c’est avec les billets de vingt mille que les acheteurs vont venir ? Je ne pense pas. Pourquoi le gouvernement de condé ne veut pas reproduire les petits billets pour sortir la population dans la pauvreté ? Je dirai au gouvernement que seule la petite monnaie peut avancer le commerce et faciliter l’échange dans un pays » dixit-elle.

Pour Mme Diallo la Guinée doit être comme les autres pays développés ou en voie de développement. Elle demande à, « Ceux qui ont inventer ces vingt mille là, n’ont qu’à redoubler d’effort pour nous donner les billets de cent francs, cinq cent et mille francs, voir même les pièce pour la pauvre population guinéenne. Il faut oser être comme les autres pays de la sous-région, tels que le Sénégal, le Mali, la Sierra-Leone. Nous les femmes commerçantes nous préférons les valeurs de cent francs, cinq cent francs parce que les gros billets amènent encore des difficultés dans le pays. Nous voulons d’une vie meilleure pour tout un chacun».

A savoir que ce gros billet de vingt mille (20.000FG), est en circulation depuis hier lundi 11 mai, sur toute l’entendue du territoire guinéen.

MABINTY CAMARA