Commémoration du 08 mars : le marathon du collectif Guinéenne du 21e Siècle a été une réussite

flashmobeurs

flashmobeurs

Pour fêter le combat, la bravoure et le courage des femmes en cette Journée internationale des droits de la femme, les jeunes guinéens ont couru chacun pour un droit. Des élèves, des entrepreneuses, des présidentes et membres d’ONG, ont répondu à l’appel du collectif Guinéenne du 21e Siècle, qui a organisé un marathon pour rendre hommage aux femmes qui marchent des kilomètres pour chercher de l’eau, pour aller au champ ou au marché.

marathoniennes

marathoniennes

DOSSARD d'une marathonnienne du collectif guinéenne du 21e siècle

DOSSARD d’une marathonnienne du collectif guinéenne du 21e siècle

A l’instar de tous les pays du monde, la Guinée a célébré le 08 mars comme d’ailleurs toutes les années précédentes. Si le gouvernement et des dizaines d’associations et groupements de femmes, se sont réunis au palais du peuple à danser et faire des discours, la nouvelle génération a préféré courir pour réclamer les droits de la femme.

dossard d'un homme au marathon du collectif guinéenne du 21e siècle

dossard d’un homme au marathon du collectif guinéenne du 21e siècle

Ça s’est passé en fin de journée dans la commune de Dixinn, des élèves garçons et filles, des jeunes femmes et hommes, des membres d’ONG, ont fait le marathon #1km1droit #RunForYourRights. Chaque coureur et coureuse avait un dossard, où étaient inscrits les droits pour les quels il ou elle allait courir. Aux environs de 16heures la course a démarré, du lycée Sainte Marie à l’école la Source de la Minière. Un flash mob a clôturé l’événement qui a été ouvert par le discours de la présidente du collectif, Mlle Dieretou Diallo, du discours des invités et des représentants du gouvernement qui n’ont pas répondu à l’appel en personne, notamment les ministres Siaka Barry et Damantang Camara.

flashmobeurs

flashmobeurs

Néanmoins la fête fut belle avec une jeunesse engagée pour les droits des femmes. On pouvait noter entre les droits les plus réclamés par les marathoniens et marathoniennes, « le droit à l’éducation , le droit à la santé, droit à la vie, non à l’excision, non aux mariages précoce et forcé, non aux violences faites aux femmes, non aux violences faites aux femmes voilées dans les services, oui à la prise de décision, oui aux postes de responsabilité, droit à la parole, non au prédateur sexuel), pour ne citer que ceux-ci.

Aminata Diallo