Confidence de la femme enceinte violée à Maci par un conducteur de taxi moto

Coumba Tenin, a été violée dans la localité de Maci dans Thièwèrè, c’est dans la préfecture de Pita, au Fouta Djallon.  Mariée, enceinte de sept (7) mois, elle a été violée par un conducteur de taxi moto dans la nuit du vendredi 24 à samedi 25 juin 2016, voici son témoignage qu’elle nous a livré par téléphone.

LE VIOL

LE VIOL

« Ma sœur se mariait ce jour, alors nous avons demandé à ce conducteur de taxi moto de nous amener  là où la mariée est partie. Il a amené en première position une tante de la mariée, puis une autre encore, ensuite moi. Il m’a amené dans une brousse que je ne connais pas, il a abusé de moi. Il m’a donné des coups d’abord avant de passer à l’acte, » a-t-elle expliqué en tâtonnant.

Des femmes avaient trouvé le violeur dans son acte, elles l’ont assommé des coups et l’on amené chez le chef du district de Thièwèrè. Dame Coumba nous confie que, « ces femmes qui m’ont sauvé sont de ma famille, elles étaient sorties me rechercher ».

Elle et son mari, demandent que justice soit faite. « Mon mari est à Dakar, il a condamné l’acte et demande que justice soit faite. Je demande aussi que justice soit faite, qu’il soit puni et que tous les autres violeurs soient punis ».

Mme Coumba Tenin a  porté plainte, elle confirme que son violeur est dans les mains de la police. Un homme que « je n’avais jamais connu auparavant »dixit-elle.

Est-ce que sa grossesse n’a pas été affectée ? Elle répond, « mon ventre n’a pas eu de problème, même si j’ai souvent mal, mais ma famille a acheté des médicaments pour mes douleurs. J’ai des égratignures sur tout le corps, j’ai mal par tout ».

viol

viol

Elle rajoute qu’aucune personne n’est venue soutenir le violeur, aucun membre de sa famille aucune connaissance, depuis qu’il est dans les mains de la police de Pita centre. Au micro de nos confrères de mediaguinee, sur son lit d’hôpital le dimanche 26 juin dernier, Mamadou Moussa Diallo le présumé violeur a reconnu les faits qui lui sont reprochés.

Aminata Diallo