Des femmes de l’UFDG dans les rues de Conakry

Par des slogans « libérez nos enfants », « libérez nos maris », « libérez nos frères », des femmes de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) ont manifesté pacifiquement ce vendredi 30 Octobre à Kaloum das le centre ville de la capital guinéenne, pour réclamer la libération de leurs partisans, rapport guineenews.org.

Jpeg

Point de depart, le ministère de la justice. Mais le locataire étant absent, les « marcheuses », avec des députés en tête, ont pris la corniche du port autoroute de Conakry. Lentement, elles ont aussitôt rejoint le siège du ministère des droits de l’homme.

Durant tout le trajet, moins de trente minutes, les « marcheuses » scandaient des slogans réclamant la libération de leurs militants incarcérés ou brandissant des pancartes. Les partisans de l’UFDG incarcérés surtout à Conakry, Boké, Mamou, N’zérékoré.

Parmi les marcheuses, étaient presentment, l’honorable Mme Tofanny Anne Marie Fofana, également les députés de Mamou et de Koundara.

« Le pays n’a plus besoin de stress. De grâce, ces enfants, ces maris, ces innocents qui croupissent dans les prisons, nous demandons au pouvoir d’agir au nom de la paix. C’est cela le but de notre démarche aujourd’hui. Nous ignorons le total de nos détenus mais nous savons qu’ils sont nombreux, qui croupissent dans plusieurs préfectures. Certains sont pères de famille, d’autres des mineurs. Il paraît que certains sont menottés avec des chaines en prison. Il faut être humain. A Mamou, ils sont trente. C’est une doléance que nous formulons. Mais si chacun se trouve dans son petit coin stressé, on ne saura plus où donner de la tête. Ce sera toujours l’accumulation des frustrations. Il est important que le pouvoir se lève. Nous devons nous pardonner pour que le pays puisse avancer dans la paix, la cohésion et la quietude, » s’exprime honorable Tofany au micro de guineenews.org.