Droits des femmes : Des hommes viennent au secours

L’association du barreau américain en partenariat avec certaines ONG de la place (FECPA, OCPH, MDT et ASF) ont animé une conférence conjointe ce lundi 27 avril à la maison de la presse de Conakry. Objectif lancer le plaidoyer pour l’accès des femmes à la justice, et sensibiliser pour la lutte contre les violations faites aux femmes.

CAM03158Le président de l’ONG du centre Femmes Citoyenneté et Paix (FECPA), Theodore Syba a rappelé que son centre s’est donné pour objectifs de faire un document sur les violations des droits des femmes. Dans ce document le centre a fait ressortir l’ampleur des violences faites aux femmes sur une période de quatre mois. Le Président fera savoir ensuite que son ONG a collectée plus de 226 cas de femmes victimes de violations des droits. D’après lui, sur soixante(60) femmes interviewées 80% sont victimes de violation des droits, mais ne se plaignent pas aux autorités.

Pour sa part le coordinateur national de l’ONG Même Droit pour Tous (MDT), Adrien Tossa a expliqué l’utilité des cliniques juridiques récemment créées a Nzérékoré et Kankan en ces termes, « la clinique juridique est un centre d’écoute mais aussi d’accompagnement des femmes lorsque leurs droits sont violés. Nous sensibilisons et éduquons les populations de ces communautés sur les droits des femmes. A Nzérékoré nous avons recensé une cinquantaine de cas significatifs de violations des droits de la femme, comme le viol. Certains de ces cas sont référés à Avocat sans Frontière, » à t-il indiqué.

« A Kankan nous cherchons à sortir les femmes de l’obscurantisme. Si hier les femmes se disaient est ce que j’ai le droit de me plaindre en cas de violation de mes droits, donc l’objet est de sensibiliser ces femmes pour les dire prochainement c’est possible de se plaindre pour être rétablie de ses droits, » a fais savoir André Gbamou de l’organisation catholique pour la protection humaine (OCPH).

De son coté, l’ONG Avocat Sans Frontière (ASF) à travers son représentant Me Justin Tolno est revenue sur les apports de son ONG dans le cadre de la lutte contre les violations faites aux femmes, « Avec l’appui de l’association du barreau américain nous venons en aide à toutes celles qui sont victimes de violations et qui n’ont pas la possibilité de s’offrir les services d’un avocat. A Nzérékoré et Kankan, nous avons déjà beaucoup de cas de violations de femmes à la justice dont les auteurs sont dans les mains des autorités juridiques, » a conclut Maitre Tolno.

Aminata Pilimini Diallo.