Elections locales en Guinée : les électeurs, particulièrement les femmes, n’ont pas envahi les bureaux de vote

Après treize ans, les guinéens vont désigner ce dimanche 04 février, leurs dirigeants municipaux. Des bureaux de vote ont ouvert à 7h pour la plupart, mais les électeurs n’ont pas envahi les urnes, surtout les femmes.

CENI GUINEE (credit photo google)

CENI GUINEE (credit photo google)

Ce dimanche, les guinéens devraient désigner leurs futur-es responsables dans les différentes communes du pays. À Conakry la circulation était fluide, mais les bureaux n’étaient pas bourrés de votants.

Dans la commune de Ratoma, au quartier Bantounka 1, dans quelques bureaux de vote, nous avons constaté le manque de votants, mais les présidents de bureaux nous ont confié qu’il y a eu d’électeurs au petit matin.

« Quand nous avions ouvert le bureau à 7h, il y avait beaucoup de votants, mais là ils viennent un à un et lentement. Les femmes ne sont pas nombreuses à venir voter, beaucoup d’électeurs devraient voter par procuration mais ils n’ont pas de document qui les autorise, » nous confie le président du bureau de vote Safia Rail salle une.

Pour le président du même bureau de vote mais salle deux, il y a moins de femmes qui viennent voter mais, « c’est peut être parce qu’il y a plus d’hommes inscrits dans ce bureau. »

De l’autre coté, au bureau Le Citoyen salle deux, vers midi on apprend la même chose que chez les autres de la périphérie,  «  il y a eu une foule le matin, c’est maintenant que ça a ralenti. Les femmes ne viennent pas en grand nombre, mais les hommes ont le plus grand nombre d’inscrits ici, » dixit le président du bureau.

Des citoyens se sont prononcés sur ce manque d’engouement, chacun y va de son opinion. « Il y a des années qu’il y a eu les derniers enrôlements, beaucoup ne s’étaient pas recensés, la plupart de ceux qui sont recensés ont déménagé ou ont quitté le pays », témoigne M. Diallo.

M. Cherif prétend que c’est le manque de moyens de déplacement qui empêche beaucoup d’électeurs d’aller voter. Evidemment il y a un couvre feu qui interdit la circulation de transports qui n’ont pas de laisser passer.

Mme Diallo dit qu’elle est partie voter même si c’était un peu loin. Contrairement à Mme Hawa qui a son bureau à des kilomètres de chez elle, « je ne peux pas marcher à cette distance et je n’ai pas de voiture. Il y a les taxis moto mais c’est cher, donc je préfère rester à la maison surtout quand on sait que notre candidat ne gagnera pas, car le gagnant est déjà connu », affirme-t-elle.

Le vote sera clôturé à 18h normalement. Il faut noter qu’il y a eu quelques incidents dans d’autres localités de la Guinée, où des citoyens accusent certains partis d’être pris en flagrant délit de truquage.

Aminata Diallo