Elles sont aussi actives en politique : à la rencontre de Hadiatou Djinkan Diallo secrétaire fédérale UFDG France

Mme Diallo Hadiatou Djinkan était à Conakry pour assister au congrès de son parti, l’union des forces démocratiques de Guinée, UFDG. Une rencontre internationale qui s’est tenue du 23 au 25 juillet 2015. Vu qu’elle était trop bouillante, Actu-elles a décidé de la faire parler de la femme en politique et dans la société.

P1010063Pourquoi êtes-vous en Guinée ? Je suis venu exclusivement pour assister au congrès de l’UFDG, qui est une première pour moi. J’ai été légitimé à mon poste lors du congrès ordinaire des structures de l’extérieur le 17 mai dernier. Ce fut pour moi une opportunité et une première occasion d’assister à un rendez-vous d’envergure internationale. Je suis flattée et très heureuse d’être là.

Nous sommes est en Afrique, c’est vrai que les femmes n’ont pas beaucoup de places dans les postes de responsabilités, qu’est ce vous avez à dire la dessus étant une activiste? Effectivement la politique africaine est une politique patriarcale, mais on a vu ces dernières années que l’heure du modernisme et du changement a soufflé. Et au niveau de l’UFDG je salue le respect absolu des termes statutaires, dans le cadre du respect du quorum de 30% de femmes élues à la représentation nationale. Donc ce n’est pas encore l’équité 50/50, mais c’est un bon début pour une structure politique telle que l’UFDG.

Alors ? Nous sommes là pour encourager cet effort, aller en avant dans le progrès et ce progrès pour nous, s’inscrit dans la mixité hommes et femmes, mais surtout dans l’égalité des chances entre homme et femme. Dans ce monde moderne il faut absolument responsabiliser les femmes qui s’engagent politiquement, qui ont le courage de le faire, en les octroyant des postes de responsabilité. Ça sera une manière de réconforter, d’encourager la femme dans la politique.

Quel conseil pour les femmes et hommes qui pensent que la femme ne peut pas faire comme l’homme ? La femme est le maillon de la société contemporaine, moderne. On dit tout le temps qu’on ne peut rien réussir sans la femme. Aujourd’hui les femmes sont actives, au niveau le plus élémentaire de la société guinéenne, africaine et dans le monde. Les femmes s’activent à ramener le butin à la maison, à veiller à l’éducation des enfants, à veiller sur la société. L’économie de la Guinée par exemple est portée aussi par cette société des femmes qui s’activent dans le secteur privé à petit niveau. C’est pour quoi dans le programme de société de l’UFDG, il est prévu les micro-finances, pour justement accompagner les initiatives privées de ces femmes.

Un message aux femmes ? Je dis aux femmes qu’il faut y aller. Il ne faut pas attendre qu’on vous dise d’y aller, il faut le faire. Nous sommes porteuses d’idées, de valeurs, nous sommes garantes des fondamentaux, garantes d’une société juste et équilibré, une société dans laquelle règne la sécurité et le respect de toutes les valeurs. Donc je dis en avant les femmes, on va gagner !!

Aminata Pilimini Diallo