Equité de genre : « Autant vous considérez votre maman, autant vous considérez le statut de la femme, » dixit Pr Kadiatou Lamarana Diallo

Pr Kadiatou Lamarana Diallo est enseignante de géographie à l’université Général Lansana Conté de Sonfonia. Elle  est une référence dans le monde de l’enseignement, elle l’a choisi par amour, il y a 47 ans. Au cours d’une conférence sur le thème « Genre et Développement », cette doyenne dénonce la discrimination des femmes, néanmoins elle suggère  des solutions.

Dr Makalé-Pr Kadiatou Lamarana-Dr Djeynabou

Dr Makalé-Pr Kadiatou Lamarana-Dr Djeynabou

« Le statut de la femme est vraiment bas. Nous devons renverser la tendance pour que juste on fasse une considération de la moitié de la société, car nous sommes (les femmes NDLR) de 51% à 53%. Pourquoi dans quelques domaines prioritaires nous sommes toujours marginalisées, toujours exclues ? Si je prends le coté famille, quand il y a une naissance, on applaudit la naissance des garçons et on marginalise la naissance des filles. C’est à dire que dès la naissance il   y a une certaine discrimination des femmes vis-à-vis des hommes. C’est ce qui doit changer, » déplore Pr Kadiatou Lamarana Diallo.

Cette doyenne de l’enseignement estime que contrairement aux hommes, si les femmes sont financièrement autonomes, c’est toute la famille qui en bénéficie. « Tout ce que la femme a, c’est pour la famille, c’est pour le bien-être des enfants, du mari même et de son bien être à elle. Alors  qu’on a vu des maris, excusez-moi, qui ont beaucoup de revenus qui préfèrent aller dans les bars pour boire et avoir des déviances, alors que rares sont des femmes qui font ça. Au contraire, si elles travaillent elles ont quelque chose, c’est d’abord pour la scolarisation des enfants, la nutrition à la maison et autres. Donc, il faut que le statut inferieur qui est donné à la femme change dans les mentalités, » confirme Pr Kadiatou.

Aux hommes lettrés, qui sont des pères de familles et décideurs de demain, s’ils veulent que ça change, ça va changer, d’après professeure. « Autant vous considérez votre maman, autant vous considérez le statut de la femme. Nous ne cherchons pas l’égalité nous cherchons l’équité, la justice sociale. On ne peut pas exclure la moitié et être tranquille, » dit-elle.

Pr Kadiatou Lamarana Diallo, suggère une prise  en compte de toutes les couches sociales pour que le développement soit porteur pour tous.

Aminata Diallo