Femmes et métiers : «la vie est un combat»

Les femmes africaines, mariées ou pas étaient considérées comme étant faites pour faire le ménage, et condamnées à rester à la maison. De nos jours, de nombreuses femmes particulièrement les guinéennes, se détachent de cette réalité en se consacrant à un métier pour subvenir à leurs besoins.

Interrogée sur cette réalité, Laouratou qui n’a pas pu finir ses études, pense que les femmes doivent se battre pour sortir la tète de l’eau. Car « moi je pars en Sierra-Leone ou à l’intérieur du pays pour acheter et revendre á Conakry, des denrées alimentaires tels que le riz et l’huile de palme. De là j’arrive à me satisfaire et satisfaire ma famille. » Explique t-elle.

Selon Mme Bah ingénieure au ministère des travaux publics « le ménage n’est pas une tache pour la femme seulement, l’homme peut aussi le faire. La femme peut et doit aussi sortir pour chercher son pain, elle ne doit pas attendre tout de son homme. »

Poursuivant, elle dit ceci « c’est vrai qu’il n’est pas facile de joindre les deux bouts, surtout s’il y a les enfants dont on doit gérer en plus du boulot, mais nous devons attacher la ceinture car la vie est un combat. Même si mon salaire ne me suffit pas largement, mais les besoins doivent être déterminés en fonction du salaire. Donc je reste courageuse et je ne baisserai jamais les bras. » Renchérit Mme Bah.

couturiereLes femmes qui n’ont jamais eu la chance d’aller à l’école peuvent apprendre un métier pour se suffir, c’est ce que Houssainatou nous explique « je n’ai jamais été à l’école, mais j’ai appris un métier pendant trois ans j’ai reçu un diplôme à la sortie. Il y a dix ans depuis cela, je travail pour moi-même et j’obtiens tout ce que je veux, je comble mes enfants de bonheur, j’assiste mon mari dans les moments dures, grâce à mon courage. Donc, toute femme peut faire quelque chose pour ne pas rester à la maison et pleurer derrière un homme pour avoir un habit ou autres besoins.» conseille Houssainatou.

L’autre activité des femmes reste le commerce, qui est d’ailleurs l’activité la plus pratiquée par la femme guinéenne. Pour ce, Laouratou invite toutes les femmes d’attacher la ceinture et faire comme elle ou d’apprendre un métier.

Aminata  Diallo