Fin de formation des femmes sur leurs droits : « Connaitre ses droits est un droit »

La Fondation Internationale TIerno et Mariam FITIMA, a organisé une formation de cinq jours, sur les droits des femmes à Conakry. 35 femmes de 20 à 60 ans ont pris part à cette formation pratique, accompagnée par le Haut Commissariat des Nations Unis aux Droits de l’Homme, Amnesty International, la Direction Nationale de la Promotion Féminine et du Genre et l’Ambassade d’Allemagne.

P1010483Avec une dizaine de thèmes débattus entre formateurs et apprenantes, ces femmes ont découvert qu’elles ont droit à porter plainte contre leurs maris en cas de violences. Elles ont appris aussi si la femme n’est pas autonome à la maison elle ne pourra pas participer aux prises de décision dans un pays. Les formateurs ont fait savoir que tout doit commencer à bas âge, avoir une éducation en famille. Pour bien élucider nous avons approché quelques femmes, ce Mardi 22 décembre dernier jour de leur formation, voici leurs propos :

Jackeline une jeune fille célibataire a retenu, « même si on est instruite, il y a de ces droits qu’on ne connait pas, comme moi je ne connaissais pas beaucoup de droits et je les ai connu lors de cette formation. J’ai su que l’homme n’est pas supérieur à la femme, on est tous égaux, on a les mêmes droits. J’ai appris que la femme n’est pas une esclave de l’homme. Tout ce qu’un homme peut faire une femme aussi peut. A partir de l’instant je sais comment me défendre. Je suis prête à former et informer d’autres femmes sur leurs droits, » s’est-elle engagée.

Selon Mme Diallo « avec cette formation j’ai appris plein de choses, j’ai retenu que la femme a des droits, parmi lesquels il y a le droit à la santé, à l’éducation, au prêt bancaire, bref elle a tous les droits. Nous avons parlé des violences basées sur le genre qui m’a beaucoup plus intéressé ici, parce que des femmes en sont victimes en longueur de journée sans le savoir. A partir de là je promets à FITIMA de sortir ambassadrice, de répondre à leurs attentes et je vais promouvoir les droits des femmes, je vais sensibiliser, je vais former, transmettre ce que j’ai appris ici aux femmes de mon entourage à commencer par ma propre famille. »

P1010474Oumou Salamata membre d’AMNESTY a retenu de cette formation que les femmes doivent connaitre leurs droits pour mieux les défendre. « La religion et le droit sont deux choses différentes il ne faut pas les confondre. On doit sensibiliser nos maris et les autres femmes, pour les permettre de mieux cohabiter. Les femmes doivent défendre leurs droits, elles ont droit à porter plaintes devant les juridictions compétentes pour que justice soit rendu, » a-t-elle retenu de cette formation.

Une sensibilisation sera effectuée pendant un mois dans les quartiers de chaque participante à la formation, elle débutera en janvier 2016. Des femmes venant de Conakry et Boké seront suivi tout au long de cette sensibilisation et seront récompensées par des satisfécits.

Aminata Pilimini Diallo