Football: des fans qui ne veulent pas entendre des femmes commenter la coupe du monde

Deux femmes ont pour la première fois, respectivement pour la BBC et la ZDF, commenté des matchs lors d’une Coupe du monde de football.

Vicki Sparks et Claudia Neumann (crédit photo google )

Vicki Sparks et Claudia Neumann (crédit photo google )

Vicki Sparks et Claudia Neumann. Leurs noms ne vous disent probablement pas grand chose, et pourtant elles ont écrit un petit bout d’histoire du foot ces dernières semaines. La première a commenté son premier match de Coupe du monde, entre le Maroc et le Portugal, pour la chaîne anglaise BBC One. La seconde, qui avait déjà commenté des matchs de l’Euro 2016, fait ses grands débuts au Mondial pour la chaîne allemande ZDF, rapporte parismatch.be.

Une partie du paysage médiatique d’outre-Rhin a dû se mobiliser ces derniers jours et venir en aide à Claudia Neumann, prise pour cible sur les réseaux sociaux. Comme il y a deux ans lors de l’Euro, de nombreux téléspectateurs ne goûtent guère d’avoir une femme aux commentaires. Et le font savoir, de façon véhémente et peu aimable.

Dans un tweet, petit florilège des pires remarques qui lui avaient été faites : « C’est plutôt l’heure d’aller faire le repas », « Les femmes peuvent commenter les matchs de femmes, pas les vrais matchs SVP », « J’ai dû couper la télé après 5 minutes sinon j’allais devenir sourd ».

Et encore cette année, si certaines critiques pointent des erreurs factuelles [ce qui arrive à tous les commentateurs], d’autres se focalisent sur sa voix « désagréable ». « Que vous la critiquiez, admettons, l’a soutenue Bibiana Steinhaus, la première femme arbitre en Bundesliga [le championnat de football masculin en Allemagne], mais tenez-vous-en au sportif. »

Heureusement selon parismatch, d’autres personnes se réjouissent de ces avancées et le font savoir. Ainsi la présence de Vicki Sparks sur BBC One a été saluée par de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux, dont l’organisation Women in Football, qui milite pour une meilleure représentation des femmes dans le monde du ballon rond.

Un ancien joueur du Chelsea FC, Jason Cundy, a tout de même cru bon de déclarer que « la voix des femmes était trop aiguë » pour les commentaires de matchs de football. Et de rajouter : « Je préfère regarder des matchs de foot avec une voix masculine. Pendant 90 minutes avoir un volume trop aigu, c’est très fatiguant ». Le joueur s’est depuis excusé mais le mal était déjà fait.

Les cas de sexisme contre les femmes sont déja légion depuis le début du mondial en Russie, qui a commencé il y a à peine deux semaines. Une présentatrice brésilienne a été victime d’un baiser inopportun en plein direct. Même mésaventure pour une journaliste colombienne. Getty Images, de son côté, a créé puis retiré sur son site web une galerie de photos intitulée « Les supportrices les plus sexys du Mondial ». Une liste d’évènements non exhaustive, qui démontre que le chemin est encore long pour donner à la femme la place qu’elle mérite dans le football, et dans les médias.

Les deux femmes ont désormais accédé au plus haut niveau du journalisme sportif à la télé, le commentaire de match. Malgré ces attaques, on espère que c’est parti pour durer et, pourquoi pas, inspirer nos chaînes belges, qui n’ont pas encore franchi le pas.