Grève à Conakry : des femmes se plaignent

Depuis maintenant quatre jours, les syndicalistes pour revendiquer la baisse du prix du carburant, ont déclenchés une grève générale qui paralyse la quasi-totalité de l’économie du pays. A Conakry, le commerce est majoritairement fermé, la circulation reste morose depuis Lundi 15 Février. Cependant, des citoyennes qui vivent au jour le jour, se plaignent de la galère qu’elles vivent depuis quatre jours.

Conakry en Greve

Conakry en Greve

Selon elles, « c’est quand nous vendons le matin nous mangeons le soir, » dixit une vendeuse de jus de gingembre et d’oseille.

Pour la part d’une vendeuse d’atchiéké, qui vend malgré la grève et le manque de clients, « je n’ai pas le choix. Je risque pour préparer ma marchandise dont j’ai diminué la quantité, même si ce sont les forces de l’ordre qui vont acheter mais il faut que je vende car mon mari est en chômage. Alors si je ne vends pas mes enfants n’auront rien à mettre dans leur ventre. Cette grève n’est pas en notre faveur nous les femmes qui nous débrouillons pour subvenir aux besoins de la famille. Je demande au gouvernement de diminuer le prix du carburant si seulement c’est ce qui nous empêche de vivre ».

Cette autre qui travaille dans une société d’assurance déclare être fatiguée de suivre la télé et surfer sur l’internet du matin au soir. D’après elle c’est bien de se reposer, mais là ça devient ennuyant. Elle demande au gouvernement de diminuer le prix du carburant parce que ce n’est pas seulement la Guinée qui est en crise, il y a la Sierra Leone qui a vécu EBOLA aussi, mais elle a diminué le prix du carburant à la pompe.

Mme Diallo qui est une femme très active demande la même chose au gouvernement, « avec cette pauvreté que vit la Guinée, nous ne pouvons pas rester une semaine à la maison. Si le gouvernement sait qu’il est là pour la population, alors il n’a qu’à satisfaire ces syndicalistes qui revendiquent pour l’intérêt de tous. Si non, on craint de revivre le scenario de 2007 et là ça ne sera pas bon pour le pays ».

Pilimini