Histoire de la journée Internationale de la Femme Africaine

La Journée Internationale de la Femme Africaine promulguée par l’ONU et l’OUA le 31 juillet 1962, reste inconnue, comparativement à la journée internationale de la femme du 08 mars. Le 31 juillet a été consacré « Journée de la femme africaine » à l’occasion du premier congrès de l’Organisation Panafricaine des Femmes (PAWO en anglais) qui s’était tenu à Dakar, au Sénégal, le 31 juillet 1974.

femme-africaine

femme-africaine

Aoua Keita sage femme, militante, résistante aux côtés de Modibo KEITA, contre le colonialisme français et première femme députée du Mali fut à l’initiative de cette journée.

D’après journeefemmeafricaine.com, bien que célébrée le 31 juillet depuis des décennies par l’UNESCO, et par quelques associations en Afrique et dans le monde à travers sa diaspora, cette journée demeure inconnue de la majorité.

                                           ORGANISATION PANAFRICAINE DES FEMMES (OPF)

Les femmes d’Afrique, au lendemain de l’indépendance de certains de leurs pays, en dépit des frontières artificielles de langues, d’opinions politiques, triomphant des contradictions décidaient de s’unir, former une seule association afin de mieux se connaitre, d’échanger leurs expériences, de conjuguer leurs efforts pour l’émancipation de la femme sur le continent africain.

femmes africaines.

femmes africaines.

La libération totale du continent africain, l’élimination de l’apartheid et l’instauration d’une justice commune qui défend les droits de l’Homme en tant qu’être humain, devenaient alors les objectifs prioritaires. Ainsi le 31 Juillet 1962, a été créée à Dar-es-Salam au Tanganyika actuelle Tanzanie, la Conférence des Femmes Africaines (CFA), première organisation féminine d’Afrique qui deviendra « Organisation Panafricaine des Femmes » (OPF) après le Congrès de Dakar (Sénégal) en 1974 où le 31 juillet a été consacrée « Journée de la Femme Africaine ».

Le Congrès constitutif est formé de 14 pays indépendants et de 10 mouvements de libération nationale, » selon uhem-mesut.com.

                                                                           Intérêt de cette journée

La célébration du 31 juillet offre aux Africaines un cadre d’échanges avec leurs gouvernements sur les contraintes majeures à leur bien-être et au développement du continent. Cette journée est une occasion de créer l’opportunité de capitaliser les réalisations accomplies en faveur de l’égalité des sexes et de renforcer les débats autour des droits de la femme et du développement en Afrique, rapporte mediapart.fr.

                         Les guinéennes visent le numérique pour célébrer la femme africaine en 2016

Dieretou Diallo

Dieretou Diallo

En Guinée, le collectif féministe et activiste Guinéenne du 21ème siècle va créer un quizz en ligne, un jeu de questions-réponses pour tester la connaissance des unes et des autres, sur le féminisme Africain d’abord, puis celui mondial. Le quizz se fera sur Facebook et Twitter, avec ( @guineennedu21es). Il y aura 15 questions et le gagnant qui aura comptabilisé le plus de points sera désigné « féministe du mois de Juillet ». Il bénéficiera ainsi d’une mise en avant sur les canaux officiels du collectif mais aussi d’autres cadeaux.

conference de Domani Doré

conference de Domani Doré

Une conférence-débat sur le thème, « Et si l’ère du Numérique était l’ère du pouvoir féminin? » sera animée à Conakry le dimanche 31 juillet par, Doré Domani, Ancienne Ministre et Coordinatrice des Héroïnes des Temps Modernes, Anna Semou Faye Ambassadrice du Sénégal en Guinée et Madame Condé Kadiatou informaticienne à UNICEF. Une façon pour le guinéennes du digital, de fêter la journée internationale de la femme africaine (JIFA).

Pilimini