Justice et quiétude en Guinée : la Ligue des Droits Humains innove avec un « Sit-In voitures »

Ligue des Droits Humains
0

Ce lundi 3 février, des femmes et hommes activistes ont secoué Conakry très tôt le matin. Ils réclamaient « Justice pour toutes et tous » et ce, après avoir été choqué.es par la vidéo d’une femme utilisée comme bouclier par des policiers, la semaine dernière dans un quartier de la capitale.

Ligue des Droits Humains

La synergie de force « Ligue des Droits Humains« , un ensemble de plusieurs associations, ONGs, structures et personnes individuelles, a fait une manifestation du jamais vu ce lundi sous le pont 8 Novembre. C’est l’autoroute qui a été surprise ce matin aux environs de 7heures, par une dizaine de véhicules qui avaient à bord, des femmes et hommes vêtu.es en orange et noir, qui réclamaient justice.

Ces activistes avec un hashtag #JusticePourToutesEtTous, scandaient des slogans comme « la femme n’est pas un bouclier, où sont les autres policiers dans la vidéo, montrez nous tous les coupables, nous ne voulons plus de morts, plus jamais de voitures brulées, plus jamais de marchés incendiés, plus jamais de pneus brulés, plus jamais de barricades, plus jamais de gaz lacrymogène, plus jamais d’arrestations arbitraires », pour ne citer que ceux ci. Une manière pour eux/elles d’attirer l’attention du gouvernement sur l’injustice que vit le pays depuis des années, mais aussi de toute la population guinéenne pour qu’il y ait la quiétude dans leur pays.

Ligue des Droits Humains

Le « Sit-In voitures« , qui n’a été qu’un flash, quelque chose qui était leur objectif, puisque selon Aicha Oumar Conté l’une des initiatrices de cette synergie « nous voulions donner un coup d’envoi« , est la première sortie publique de la Ligue des Droits Humains.

Dans ces jours à venir, selon une autre membre, « nous ferons beaucoup de Sit-In devant différents ministères, il y aura des sensibilisations à l’endroit des autorités, des politiciens et de la société. Une manière d’aider à ce que le pays ne sombre pas. Nous en avons marre et nous n’allons pas croiser les bras pour observer la Guinée qui prend feu« , dixit Pilimini.

Aminata Diallo

Leave A Reply