La dame qui avait accouché et a fait disparaitre son enfant à Pita, a fini par avouer les faits

Kadjata Bah qui était interpellée la semaine dernière dans la préfecture de Pita, pour dit-on, avoir fait disparaitre son nouveau né, a fini par avouer les faits après une semaine d’investigations et de supplications.

robe

robe

Elle a la trentaine et est accusée de tuer ses enfants, depuis la mort de son mari il y a de cela deux ans. Son premier acte serait de mettre un enfant au monde à Pita et faire semblant d’aller à Donghol Touma  une sous préfecture de Pita, pour faire le baptême du bébé. Arrivée à Donghol il parait qu’elle n’était pas avec son enfant, elle le déclara mort à Pita. De retour à Pita elle le déclara mort à Donghol. Une habituée des faits, elle jette il y a une semaine de cela son tout dernier enfant conçu hors mariage.

La disparition de l’enfant a été aperçue quand la nourrice est rentrée chez elle sans le nouveau-né. Interrogée par sa famille, Kadjata Bah a déclaré avoir décidé, juste après l’accouchement, d’offrir son bébé à une femme dont elle a refusé de dévoiler l’identité.

De nombreux témoins parmi son voisinage ont déclaré à la police, que «l’accusée n’est pas à son premier acte. Elle était déjà suspectée d’avoir fait disparaître, dans les mêmes conditions, un premier enfant».

Cependant d’après un confrère joint au téléphone depuis Pita, Kadjata a fini par avouer avoir mis son enfant dans un sac plastique puis le jeter dans le cimetière du quartier Missira.

Elle se trouve dans les mains de la police de Pita.

Pilimini