Le mariage précoce un mal à vie

Le mariage des petites filles dans le monde, particulièrement en Guinée est un fléau à combattre, un mal à éradiquer. Une fillette mariée à un homme d’une trentaine ou d’une quarantaine, pour une cause quelconque, est une femme qui n’a pas vécu son enfance.

mariage-precoce-dessinQui pour aider ces petites filles qui sont majoritairement obligées de partir avec un homme qui a l’âge de leur père ? Comment une petite fille qui ne sait pas prendre soin d’elle pourra prendre soin d’un mari ou de ses enfants ? Une petite fille au foyer est surement celle qui n’a ni métier ni formation, alors qu’est ce qu’elle apportera à la société en ce 21e siècle ?

Pour ce, Mr Bah Abdoul sort de son silence en publiant sur son compte facebook. « C’est un combat que nous devons mener sans démagogie comme le font certaines fausses ONG. IL faut interdire ces mariages entre jeunes filles et les vieilles personnes. Certaines parmi elles sont obligées de l’accepter avec la pression de leurs parents, obligées de l’accepter à cause de la pauvreté de leurs parents dont elles sont leur seul espoir. C’est une situation déplorable qui aura des conséquences très néfastes pour les enfants issus de ces mariages dans le futur, » affirme Mr Bah.

mariage precoceA lire le post de Mr Bah, accepter ce genre de mariages, c’est s’attendre à être jeunes femmes veuves, accepter ce genre de mariages c’est se préparer à éduquer des futurs orphelins. Pour preuves « nous ne pouvons pas aujourd’hui compter les jeunes qui ont perdu leurs pères à bas âge. Des jeunes qui ont fini par abandonner leurs études, des jeunes qui se sont finalement retrouvés sur les rues, dont certains parmi eux sont devenus des petits bandits, des voyous, ou des voleurs » dit il.

« De l’autre coté nous sommes tous conscients que les rapports sexuels avec des personnes beaucoup plus âgées que nous jouent sur notre moral et nous font vieillir. Alors je lance un appel solennel à toutes les filles à se battre pour leur avenir sans compter sur la richesse d’un homme, de redoubler l’effort sur leurs parcours universitaires ou sur leurs différentes formations. En fin je prie tous nos parents de laisser les filles continuer leurs études parce que notre pays a vraiment besoin des femmes braves et bien formées pour son développement sociopolitique mais aussi économique, » prie t-il.

Aminata Diallo