Le SPPG lance ses activités et exige le respect des droits basics et fondamentaux des employés de presse.

Les activités du Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée (SPPG) ont été officiellement lancées au cours d’un point organisé ce lundi 24 août, à la maison commune des médias de Guinée. Les responsables de cette structure syndicale de la presse privée, une première en Guinée, s’engagent à défendre les intérêts des employés de presse afin d’améliorer leurs conditions de vie et de travail, en promouvant une application équitable du code du travail.

Syndicat-presseEn présence des représentants de la Haute Autorités de la Communication, les responsables de l’URTELGUI et de l’AGUIPEL, les représentants des partenaires syndicalistes de la CNTG et de l’USTG, ainsi que ceux de la Société Civile Guinéenne. A également pris part à cette rencontre, M. Albert Damantang Camara ministre chargé de l’enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi.

Le Secrétaire Général du Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée (SPPG), dans son discours programme, a réitéré son engagement à défendre les intérêts des employés de presse afin d’améliorer leurs conditions de vie et de travail, en promouvant une application équitable du code du travail.

Selon lui, « le SPPG avec pour devise (Responsabilité-Compétence-Bien être) compte engager des négociations avec les autorités compétentes et les patrons de médias pour la mise en place d’une convention collective », a déclaré Sidy Diallo.

Mis en place le mardi 16 juin 2015, par plusieurs associations de presse et des journalistes indépendants, le bureau exécutif du Syndicat des Professionnels de la Presse Guinéenne a lancé une pétition à partir de ce lundi 24 aout 2015, pour exiger aux patrons le respect de droits basics et fondamentaux de tout employé que constitue : la signature de contrats de travail réguliers, le respect du SMIG, et l’immatriculation des employés à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS).

Source (guineeinter.com)