Ce que l’on sait du décès d’une femme de 22 ans que le Samu a refusé de prendre en charge

Une enquête administrative a été ouverte pour comprendre comment une femme de 22 ans a pu décéder d’une défaillance multiviscérale, faute d’une prise en charge adaptée, alors qu’elle avait composé le 15 pour appeler à l’aide. Une opératrice du Samu a été suspendue.

Samu (crédit photo google )

Samu (crédit photo google )

C’est une vidéo choquante qui circule sur les réseaux sociaux, et qui n’a rien d’un fake. Il s’agit d’un enregistrement sonore, publié par l’hebdomadaire alsacien Heb’di, retranscrivant l’appel téléphonique au Samu d’une jeune femme de 22 ans, moquée par des opératrices du Samu refusant de la prendre en charge. Les faits remontent au 27 décembre 2017 : souffrant de fortes douleurs au ventre, la jeune femme est seule quand elle compose le « 15 » pour appeler à l’aide. Elle obtient pour unique réponse de l’opératrice la recommandation dédaigneuse d’appeler SOS Médecins. La jeune femme décéde quelques heures plus tard d’une défaillance multiviscérale faute d’avoir été soignée à temps.

Ce syndrome connu sous l’acronyme de SDMV est défini comme « une décompensation simultanée ou consécutive d’organes et/ou de viscères, entraînant de sévères troubles physiologiques notamment un dysfonctionnement de l’homéostasie, mettant le pronostic vital en jeu ». On parle de SDMV lorsque…

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr