Manifestation pour la grâce de Jacqueline Sauvage à Paris

Une centaine de manifestantes se sont réunies pour demander la grâce de Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari qui la battait.

les-sept-femmes-ont-commence-a-creuser-un-trou-devant-la-prison-symbolisant-un-tunnel-quot-pour-son-evasion-quot-capture-d-ecran-1453478247

les-sept-femmes-ont-commence-a-creuser-un-trou-devant-la-prison-symbolisant-un-tunnel-quot-pour-son-evasion-quot-capture-d-ecran-1453478247

«Je suis Jacqueline Sauvage», «Justice sauvage, libérez Jacqueline», proclamaient les pancartes des manifestants, en grande majorité des femmes rassemblés à l’appel de collectifs féministes. 100 à 200 personnes, selon l’AFP, s’étaient réunies dans la matinée du Samedi 23 Janvier, devant l’opéra Bastille pour demander la grâce de Jacqueline Sauvage, condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent.

femen_prison_orleans_saran

femen_prison_orleans_saran

Parmi les manifestantes, se trouvait notamment l’actrice Anny Duperey. «Certes, elle a tué, il ne s’agit pas d’un acquittement, il s’agit, au regard de ce qu’elle a souffert, d’en prendre compte et de se dire que c’est complètement injuste de l’enfermer dix ans en plus après tout ça», a expliqué Annie Duperey. «C’est un cas de légitime défense, malgré tout», a-t-elle souligné.

femen

femen

Couronnes de fleurs sur la tête, façon Femen, mais chaudement habillées, quelques femmes scandaient des slogans pour dénoncer l’issue du procès: «Quand le système matraque, les femmes contre-attaquent». La veille, les Femen avaient creusé un trou symbolique devant la prison où est enfermée Jacqueline Sauvage scandant le même slogan.

Une pétition sur Internet pour demander la grâce de Jacqueline Sauvage a recueilli près de 315 000 signatures. Le 22 décembre, les filles de Jacqueline Sauvage ont déposé auprès du président un recours en grâce, rapporte liberation.fr