Manifestations à Conakry : Elles en ont assez.

Le mal entendu au tour des élections en Guinée, qui provoque des manifestations de rue depuis la semaine dernière, a un grand impact sur les citoyens de Conakry. Les femmes qui sont mères de familles, qui sortent pour se battre afin de nourrir leurs familles, disent être fatiguées des mouvements politiques qui ne font que causer du malheur à la population guinéenne.

cellou dalein manifSi le gouvernement et l’opposition se chamaillent depuis 2010, jusqu’à nos jours pour une seule chose, qui est le respect des accords du 3 juillet, les femmes elles, sont fatiguées de vivre le malheur causé par ces deux parties. Pour Mme Diallo « depuis des années le gouvernement et l’opposition ne font que mettre la pagaille dans le pays. A chaque fois ce sont des manifestations qui finissent par d’importants dégâts matériels, plusieurs morts et arrestations arbitraires, mais sans solutions aux problèmes du pays. Nous sommes fatiguées avec cette stratégie, donc les opposants n’ont qu’à trouver une autre forme de lutte contre Alpha Condé. Eviter la violence car quelque soit la durée d’une guerre c’est au tour de la table il y aura une réconciliation et des solutions. Nous voulons la paix rien que la paix pour vivre avec nos familles, » sollicite cette mère de famille.

Selon Marie Sylla la guerre ne mange pas l’herbe et le sable mais plutôt le sang. Elle poursuit « tant qu’il y a des manifestations politiques, nous ne sortons pas dans nos maisons et si nous restons dans nos maisons nous n’aurons rien à manger. Parce que personne ne peut sortir pour chercher à subvenir aux besoins sous les balles et cailloux. Je demande aux politiciens de tout bords de nous laisser vivre dans la paix, ils n’ont qu’à avoir pitié de la population ».

Pendant les manifestations politiques les femmes sont les plus touchées, car selon Salimatou Barry « ce sont nos enfants, nos maris nos frères, qui sont maltraités. Que ça soit forces de l’ordre ou manifestants, ils ont tous des femmes qui craignent pour eux. Donc la classe politique doit trouver un consensus de paix s’il y a aussi des femmes dans leurs familles, afin que nos cœurs soit paisibles.»

Aminata Pilimini Diallo.