Mariage forcé : témoignage

Ce court récit est l’histoire d’une jeune fille qui a été privée de sa scolarité en banlieue de la capitale guinéenne,  Conakry et envoyée à un village de la moyenne-guinée dans Gaoual, pour l’obliger à se marier à un monsieur qu’elle n’a jamais vu, qu’elle ne connait même pas.

mariage-precoce-dessin

mariage-precoce-dessin

Elhadj Ousmane Baldé, raconte ce témoignage recueilli à travers un ancien élève qui était son ami. Il a donc préféré garder ses sources en anonymat tout en donnant son opinion, « je me sens triste et cela n’est qu’une victime parmi tant d’autres du « mariage forcé » érigé en pratique traditionnelle dans notre société.

La fille faisait seulement la 8ème année (Collège) et n’avait qu’à peu près que 17 ans. Imaginez à cet âge et à ce niveau d’étude, c’est une mineure et en plus ses études seront perturbées. Ajouté à cela, son déplacement par ses parents de la banlieue à un village reculé et il est connu de tous que dans les villages, les études ne sont pas prises au sérieux avec le niveau bas de la formation, elle se retrouve là-bas. Va-t-elle continué ses études ou s’accrocher à son pire cauchemar qui est ce mariage forcé ?

Un mariage non consenti et un départ à contre cœur

Elle sortait déjà avec un petit du coin et se sentait bien avec lui. Mais, lorsqu’elle fut forcée par ses parents, elle fut obligée de quitter ce dernier sans le prévenir. Elle s’est donc installée finalement à Gaoual bien que n’étant pas confortable dans son mental et n’arrêtant pas d’appeler son « petit ami » au téléphone. Un jour, elle décida d’empoisonner  son mari et se débarrasser de lui. Cet empoisonnement ayant échoué, elle choisit de fuir Gaoual pour revenir dans la banlieue où elle était en faisant croire à son ancien ami qu’elle a divorcé du monsieur et le jeune croit naïvement.

Ils se remettent ensemble et par après le jeune homme découvrit qu’elle mentait et qu’elle n’a pas divorcé mais elle s’est rebellée. Il a donc essayé de s’éloigner de la fille, le jeune homme, lorsqu’il apprit qu’elle a essayé d’attenter à la vie de son homme qui lui a été imposé par ses parents et qu’elle est venue le voir en toute clandestinité pour ne pas être associé à tout cela.

La famille de la fille pensait que c’était une solution le fait de la faire marier

Au-delà de tout cela, certains parents pensent que c’est en forçant leurs filles à se marier à X ou Y qu’ils lutteront ainsi contre la débauche mais c’est au fait tout un problème qu’ils créent. Ce dérèglement –débauche- est plus lié à un manque d’éducation et le problème est donc du côté des parents qui, aujourd’hui, ne remplissent pas leurs rôles quand à l’éducation et veulent par hasard que leurs filles soient correctes.

En aucun cas on ne peut justifier un mariage précoce comme pour dire « bah, c’est beaucoup mieux que si elle enfante comme ça dans la rue ». Et la peine qu’elle va endurer ? Et les problèmes qu’elle rencontrera ? Ont-ils pensé à elle et à ses capacités de gérer une vie en couple en étant seulement en classe de 8ème ? Le mariage forcé est vraiment une réalité, on doit vraiment lutter contre !

« A bientôt, pour mieux développer ce récit tragique… » Promet Elhadj Ousmane Baldé, sociologue analyste.