Massacre du 28 septembre : Déclaration de la procureure de la CPI

Sur invitation du gouvernement guinéen qui date d’octobre 2014, Mme Fatou Bensouda est en visite à Conakry, depuis vendredi. Son bureau est à sa onzième visite depuis les évènements du 28 septembre 2009, elle personnellement, à sa quatrième. Au cours d’un point de presse ce samedi 04 juin, à la présence du ministre de la justice Maitre Cheik Sako et quelques victimes, Mme la procureure a fait une déclaration sur le dossier du 28 septembre.

Le but de sa venue est de « faire le point sur l’enquête judiciaire concernant les crimes du 28 septembre 2009, menée par les autorités guinéennes conformément à leur obligation première , de poursuivre et de juger les auteurs des crimes relevant de la compétence de la CPI. Je suis aussi venue m’informer de la possibilité de tenir un procès d’assises dans un délai raisonnable, » déclare-t-elle.

IMG_20150704_150952Tout au long de sa visite Mme Bensouda aurait rencontré les autorités guinéennes, les magistrats en charge du dossier, des représentants de la communauté internationale, de la société civile et les victimes. Selon elle, « à l’issu de ces rencontres, j’ai constaté des progrès importants et encourageants dans l’enquête conduite par le pool des juges d’instruction. De nombreuses personnalités de haut rang ont été inculpées, des centaines de victimes, ainsi que des témoins clés ont été auditionnés. »

Avant de prévenir, Mme Fatou rend particulièrement hommage aux victimes des violences sexuelles qui, selon elle jouent un rôle déterminant dans l’avancement du dossier. « Il faut absolument éviter que de nouveaux crimes soient commis, quelles que soient la situation et les circonstances. Nous savons que la violence peut surgir à l’occasion élections. Comme je l’ai fait en 2010, j’appelle tous les acteurs politiques guinéens à s’assurer que les élections se déroulent dans le calme et que les partisans s’abstiennent de toute violence. J’ai confiance que ce message sera entendu par tous les guinéens et je continuerai à suivre la situation de près, » fait-elle savoir.

A noter que la procureure de la CPI qui n’était pas satisfaite des enquêtes menées depuis six ans, espère beaucoup de Maitre Sako car dit elle « récemment il y a eu un progrès des enquête ».

Aminata Pilimini Diallo