Menstruations: découvrez ici quelques causes du retard des règles

C’est dans son forum les CSDP sur Facebook, que Dr MoSidy Fofana médecin gynécologue exerçant en France, répond à un commentaire d’une membre sous une publication parlant du retard des règles. Il nous a donc permis d’exploiter sa réponse pour vous mesdames. Voici ce qu’il dit sur les causes du retard des règles :

regles coton

regles coton

Selon Dr Fofana, la première cause d’aménorrhée secondaire ou l’absence de règles (menstruations) pendant plus de 3 mois chez une femme en âge d’être réglée, est la grossesse. Plusieurs autres viennent s’y ajouter telles que:

Les causes utérines: la sténose cicatricielle du col utérin, les adhérences utérines, les stérilets au progestif et les antécédents de chirurgie utérine ou de cônisation.

Les causes ovariennes: l’ insuffisance ovarienne précoce ou la ménopause précoce survenant avant 40 ans. Dans ce cas, la patiente présente des bouffées de chaleur témoignant d’une carence en œstrogène. Les taux sanguins de FSH et LH sont augmentés alors que celui de l’œstradiol sera abaissé. L’échographie pelvienne permet de mettre en évidence une atrophie de l’endomètre ainsi qu’une faible présence de follicules ovariens.

Le syndrome des ovaires polykystiques: le syndrome des ovaires polykystiques ou syndrome de Stein-Leventhal, lié à une augmentation de volume des ovaires liés à la présence de plusieurs petits kystes, est provoqué par un déséquilibre hormonal. Il entraine des cycles menstruels irréguliers pouvant aboutir à une aménorrhée mais également une obésité abdominale, une infertilité, une acné , ainsi qu’une pilosité importante sur la poitrine, le ventre et le visage. Le diagnostic est difficile car ces symptômes ne sont pas toujours observés. Le diagnostic est confirmé par la présence d’ovaires volumineux avec de multiples kystes lors d’une échographie ainsi que par un dosage sanguin élevé de LH accompagné d’un dosage sanguin normal de FSH.

Les causes hypophysaires: des taux abaissés de FHS, LH, et d’oestradiol accompagnés d’un test aux progestatifs négatif témoignent d’une atteinte hypophysaire. La prise de médicament comme des neuroleptiques peut être une cause. L’Irm doit être pratiqué afin d’éliminer une tumeur. Un adénome à prolactine est suspecté lorsque l’aménorrhée est associée à une galactorrhée et une augmentation du taux sanguin de prolactine. Le syndrome de Sheehan, beaucoup plus rare, correspond à une nécrose de l’hypophyse survenant après un choc hémorragique, le plus souvent au cours de l’accouchement lors d’une hémorragie de la délivrance

              Pathologies générales:
Une aménorrhée secondaire peut aussi être liée à une autre pathologie comme une cirrhose, un cancer ou une tuberculose.

Autres causes
Parmi les autres causes d’aménorrhée secondaires, citons les causes hypothalamique, l’aménorrhée post pilule, l’aménorrhée psychogène ainsi que l’aménorrhée des sportifs de haut niveau. Dans ce cas, l’aménorrhée, présente chez environ 50% des athlètes de haut niveau pratiquant une activité sportive maintenue, est provoquée par une perte importante de la masse graisseuse. La présence d’une anorexie mentale peut également provoquer une aménorrhée.

Dr MoSidy Fofana conseille tout de même, de consulter un gynécologue qui prescrirait un bilan ou fera des tests fonctionnels selon les cas cliniques.

Aminata Diallo