Monter dans une voiture personnelle d’un inconnu, est devenu synonyme de séquestration et de viol à Conakry

Une histoire très rare vient d’être inscrite à Conakry, c’est une étudiante âgée d’une vingtaine d’années qui a été victime de séquestration suivie de viol de la part d’un trentenaire. Son bourreau l’a poussé à faire des fellations, allant jusqu’à lui demander d’avaler son sperme.

une fille violée

une fille violée

Mohamed, âgé de 31 ans, réside à Gomboya dans la préfecture de Coyah, il est diplômé sans emploi en droit privé, il est le présumé violeur. Le bourreau a été arrêté par la brigade anti criminalité à Kipé ce mardi 7 mars 2017 à 2heures du matin, alors qu’il séquestrait la fille dans sa voiture, non loin du centre-émetteur.

Le Commissaire Sylla Amara, chef de la division de la police des mœurs souligne que leur service a été saisi pour cette affaire le 7 mars dernier. Il explique les circonstances de l’arrestation de ce présumé criminel au micro de nos confrères d’africaguinee.com. « En relation avec la Brigade anti-criminalité (BAC) on a mis à notre disposition un individu qui a été appréhendé à bord de sa voiture,  dans un couloir à Kipé, la nuit aux environs de 2heures 30 du matin, en train d’abuser d’une fille de la vingtaine. Cette dernière revenait selon elle, d’une université de la place où elle fait la 3ème année médecine », affirme ce commissaire.

« Au rond-point du centre-émetteur de Kipé, la fille signalait les véhicules pour se rendre à l’aéroport où elle loge. Le monsieur est venu dans sa voiture, s’est garé et a fait signe à la fille de venir monter. La fille s’est embarquée. A quelques mètres de leur départ, le monsieur s’est arrêté et a fait semblant de téléphoner. Ensuite il a dit à la fille de l’excuser, il va rentrer dans le quartier prendre une autre personne avant de continuer. C’est ainsi qu’il a pris le couloir, il est venu garer devant une cour et a dit à la fille d’attendre, la personne qu’il est venu chercher va sortir. C’est dans ça qu’il a profité pour demander à la fille de se déshabiller. Elle a refusé. Le monsieur l’a menacé en lui disant que si elle n’obéit pas, il va appeler les jeunes qui étaient juste assis devant eux puisqu’ils ont tous envie de baiser, » explique commissaire Sylla.

Il continue en ces termes, « vu sa persistance avec les menaces, la fille était obligée de céder. Il a déshabillé la fille et a voulu abuser d’elle avec son sexe. Mais elle a trouvé des moyens pour empêcher cela. Il a amené la fille à faire la fellation trois fois de suite. Il a éjaculé dans la bouche de la fille et l’a demandé d’avaler son sperme. Mais elle a réussi à rejeter ce déchet du monsieur. Une deuxième fois, il a éjaculé sur la robe que portait la fille. Il a menacé de publier les photos de la fille où elle était nue. Ils sont restés-là jusqu’à 2heures 30 du matin. »

La BAC 2 qui était en patrouille est venue tomber sur eux, poursuit-il, ajoutant que le commandant de la BAC a demandé au monsieur ce qu’il faisait là-bas à cette heure ? Le monsieur  aurait répondu qu’il était devant sa cour, déclare le commissaire. Le commandant lui a donc demandé d’ouvrir le coffre de sa voiture. Le temps pour lui de descendre pour venir ouvrir le coffre, la fille a profité pour sortir et crier.

D’après le commissaire, « les éléments de la BAC se sont intéressés à la fille, ils l’ont interrogé et l’ont embarqué avec eux. Avant de quitter,  la fille leur a dit de récupérer le téléphone du monsieur, parce qu’il l’avait photographié nue et a menacé de publier les photos sur les réseaux sociaux. C’est ainsi qu’ils ont récupéré le téléphone. Ils ont effectivement constaté qu’il y avait des photos de la fille où elle était nue ».

Commissaire Sylla invite les parents de conseiller leurs filles  d’éviter au maximum les gens qui roulent dans des véhicules personnels aux vitres fumées.

Le dossier de Mohamed a été transféré au tribunal de Dixinn. Il est accusé de séquestration, menace, atteinte à la vie privée, attentat à la pudeur.

APD