Music : la jeune chanteuse Ashley sort un maxi single

conference de presse d'Ashley

conference de presse d’Ashley

C’est lors d’une conférence de presse ce vendredi 16 septembre, à Conakry, que la jeune Ashley sort son maxi single de quatre titres. Un maxi single titré « Urban Pod » composé des sons tels que, Dongual, Kono non, Ashley, Pèpèsoupe.

[embedyt] http://www.youtube.com/watch?v=o5HHIZza3i8[/embedyt]Urban est mot anglais qui signifie urbain et Pod est tiré du poular podha (une mixture de danses et de rythmes contemporains peulh). Les deux reflètent le métissage entre le folklore guinéen et le rap.

Dongual : chanté en poular et en anglais, ce titre est une cloche qui ramène tout un chacun à peser ses mots et ses actions pour éviter de pécher contre lui. Ces paroles sont celles d’une femme qui préfère se passer de l’aide des hommes pour préserver sa dignité à la sueur de son front.

Kono non : est un mot poular qui impose une explication. Ce titre plante un décor sur la pédophilie, sujet tabou en Guinée mais qui fait de victimes. Un père muezzin sans vergogne qui amadoue une enfant avec des biscuits pour abuser d’elle est le contenu de cette chanson qui a valu à la rappeuse un article paru dans le journal parisien Le Monde.

Ashley : est une chanson qui vante les qualités de la rappeuse. Sur un beat afro, elle dévoile son style et son flo. Cette version est un remix de sa première chanson autobiographique.

Pèpèsoupe : ce mot anglo-saxon est composé de pèpè qui veut dire piment et soupe qui signifie une soupe. Employé en soussou, ce mot désigne une soupe pimentée à base de poissons ou de viande. Cette chanson est adressée aux langues fourchues qui pimentent la vie des autres et des fois la détruisent.

AShley

AShley

Ashley est née le 22 décembre 1998 à Kambia dans le nord de la Sierra Leone, la rappeuse Aicha Bah aka Ashley est issue d’une famille polygame de 7 frères et sœurs, d’une mère commerçante et battante et d’un père qui vit au Liberia.

Cette jeune avocate des femmes a écrit son premier texte de rap en 2010 dans son quartier Wanindara dans la commune de Ratoma.

La jeune fille étudie au lycée anglophone Wisdom Academy de Conakry. En 2014 Ashley passe une année à la maison sans aller à l’école à cause de l’épidémie de la fièvre Ebola, ce qui lui permet d’aiguiser sa plume.

Lors du concert du groupe Vivendi organisé en 2015, sur l’esplanade du palais du peuple, elle rencontre le détecteur de talent Ouspé. Ce dernier va faciliter sa rencontre avec le PDG des productions Tidiane world music. L’adolescente est vive, spontanée et improvise facilement. Cet atout va lui permettre de priser ses premières strophes sur une chanson du Collectif des Artistes Unis pour la Paix (CAP). Une chanson dédiée à l’apaisement des tensions pendant la période électorale en Guinée.

Au mois de décembre de la même année, avec d’autres artistes, Ashley fait la première partie du concert Bye Bye Ebola qui a réuni des célébrités comme Youssou N’dour, Aicha Koné, Sékouba Bambino, Tiken Jah, Nampé Sadio et d’autres artistes.

Le concert du camerounais Franco, et celui du rappeur franco-guinéen Black M, en 2016 vont confirmer le talent artistique de cette étoile montante du rap féminin en Guinée. Dès lors, elle porte la couronne de la reine de l’urban Pod. Cette jeune fille se démarque par sa musique rythmique, teintée d’un jeu d’instruments guinéens aux sonorités africaines et de couplets engagés.

Entourée du compositeur Seyland Koutchi, de l’ingénieur Bouba Rasta, de son arrangeur Ouspé, de la structure kam.com et encadrée par sa grande sœur Mariame, Ashley défie les rappeurs par la technicité de ses rythmes et du contenu de ses textes.

Inspirée par son entourage, l’adolescente ne décolère pas contre l’injustice quotidienne que ses proches et les femmes guinéennes subissent. La pédophilie, la traite des enfants, les tortures morales et les violences physiques alimentent ses textes. A part son maxi single Urban Pod, Ashley a deux albums en studio.

Pour faire passer son message, Ashley utilise l’anglais, le créole de la Sierra Leone, le poular, le soussou et un français tordu. Omotola Jalade-Ekeinde, actrice nigériane et Kendrick Lamar, rappeur américain, sont les icones d’Ashley.

pochette du CD d'Ashley

pochette du CD d’Ashley

Cette jeune rappeuse habituée des grands concerts, fera une partie de podium ce dimanche 18 septembre au palais du peuple, à l’occasion du concert du jeune afrotrapeur franco-guinéen MHD. Evidemment elle prendra le public en otage, avec ce maxi single fraichement sorti.

Pilimini