Nigeria : une première lycéenne de Chibok retrouvée sur le territoire de Boko Haram

La nouvelle,  fait l’ouverture des journaux au Nigeria. L’une des lycéennes de Chibok aurait été retrouvée saine et sauve par les forces de sécurité civile, rapporte France24.

Filles enlevées par boko haram

Filles enlevées par boko haram

La jeune fille identifiée comme Amina Ali a été enlevée avec plus de 200 autres de ses camarades d’école à Chibok, dans l’Etat de Borno an avril 2014.

D’après  l’armée nigériane et des responsables locaux,  Amina Ali aurait été découverte Mardi, un enfant aux bras dans la foret de Sambisa, l’un des bastions de Boko Haram.

Amina Ali a informé le groupe de soutien « Bring Back Our Girls », que les autres filles sont vivantes et lourdement gardées par Boko Haram dans la foret de Sambisa. Elle a aussi malheureusement dit qu’environ six autres filles seraient décédées au cours de ces 765 jours

Amina a été ramenée dans son village de Mbalala, près de Chibok, par les vigiles qui l’ont découverte et qui assistent les militaires nigérians dans la lutte contre Boko Haram.

« Elle a retrouvé ses parents, qui l’ont identifiée, avant d’être amenée dans une base militaire à Damboa », a expliqué Ayuba Alamson Chibok, l’un des chefs de la communauté de Chibok.

D’autres jeunes filles de Chibok se trouveraient encore dans la forêt de Sambisa, qui fait l’objet de multiples opérations de l’armée nigériane depuis plusieurs semaines.

Il y a un peu plus de deux ans des membres de Boko Haram ont attaqué un établissement scolaire de Chibok, amenant avec eux 276 lycéennes.  Dans les heures suivant l’assaut, une cinquantaine d’entre elles avaient réussi à s’échapper. Boko Haram avait ensuite envoyé un mois plus tard une vidéo où les jeunes captives apparaissaient voilées et récitant le coran.

Ce n’est qu’en Avril dernier que le groupe transmet une nouvelle preuve de vie des jeunes filles, quelques photos et une seconde vidéo.

L’enlèvement des filles de Chibok avait soulevé une vague mondiale d’émotions et d’indignations, sous le slogan « Bring Back Our Girls ».

Depuis 2009, Boko Haram est tenu responsable de la mort de plus de 20 000 personnes et de l’enlèvement d’au moins 2 000 autres. Le conflit a fait plus de 2,6 millions de déplacés.