Parole aux femmes pour la paix en Guinée: « la paix ce n’est pas un mot, c’est un comportement»

Dans le souci de préserver la paix et la quiétude en Guinée en cette période très fragile, les femmes sont inquiètes et ne cessent de se battre pour éviter que le pays sombre dans le chaos. Quelques jours avant la présidentielle du 11 Octobre prochain, en cette période de campagnes où partisants, ethnies et communautés chacun lutte pour ses intérêts aux cotés de son candidat, les femmes donnent leurs mots de paix. Parmi elles, Mme Diallo Fatoumata Diaraye, présidente de la coopérative des femmes engagées pour le développement, s’exprime.

diarayeEn cette période de campagnes, le message que j’ai à donner est un message de paix, introduit-elle. « Parce que comme le dit un dicton, la paix ce n’est pas un mot, c’est un comportement. Donc nous devons voir dans le comportement de tout un chacun, ce mot paix qui est si précieux » dixit Mme Diallo.

A la population guinéenne, Mme Fatoumata Diaraye demande de conjuguer le verbe « paix ». Ne pas divulguer des propos qui conduisent à la haine, pour que l’élection se passe dans les meilleures conditions et que le meilleur gagne. Ensuite elle ajoute ceci, « du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, prônons la paix, laissons la politique au politiciens. Aux hommes politiques, d’éviter de nous amener dans des situations de guerre, je ne le souhaite pas ».

En tant que femme, « je dit à la jeunesse qui sont nos enfants, d’éviter les violences, d’être responsables et respectueux, le Guinée nous appartient tous. Si ça marche nous gagnons, si ça ne marche pas nous perdons. Prions le tout puissant Allah en ce moment de campagne électorale, que nous évitons les disputes et la violence, de parler d’ethnies et haïr son prochain. Non, la Guinée nous appartient tous, » conseille-t-elle.

Pour que le peuple de Guinée vive mieux et dans la paix, la présidente da la coopérative des femmes engagées pour le développement s’adresse aux dirigeants « avec la guerre il n’y a guère d’espoir, avec la paix il y a plein d’espoir. Il faudrait que ça soit une élection libre, transparente et crédible. A nos dirigeants, d’éviter les magouilles, nous sommes fatigués. Il est possible de vivre sans violence, un monde sans violence est possible le disait un autre. Nous devons revoir nos comportements, » dixit Mme Diallo Fatoumata Diaraye.

Aminata Diallo