Pénurie d’eau à Conakry : les femmes en souffrent

Dans la plus part des quartiers à Conakry, le manque d’eau s’ajoute à la galère des uns et des autres. Que ça soit dans les robinets ou les puits, l’acquisition de l’eau est devenue une question de chance en cette saison sèche. Puisque l’eau est indispensable dans la vie des êtres, les citoyens font toutes les manières pour s’en procurer, même si certains reviennent bredouilles.

A Simbaya, dans la commune de Ratoma, l’eau avait l’habitude de couler des robinets le mardi, jeudi et samedi. Mais, selon plusieurs femmes de ce quartier, il y a plusieurs semaines que cette denrée ne vient plus. Alors en ce jeudi 19 mars, comme l’explique Mariam « depuis le matin j’ai envoyé mes bidons pour chercher de l’eau potable. Mais il est 16 heures, jusqu’à présent il n’y a pas eu une goutte d’eau. Aujourd’hui je n’ai même pas de l’eau à boire, d’ailleurs il y a plus d’un mois l’eau ne vient plus comme d’habitude. Nous souffrons beaucoup dans ce quartier, car nous partons très loin pour chercher de l’eau, avec tout ça nous revenons sans aucune goutte. Pourtant nous entendons que la Guinée est le château d’eau de l’Afrique de l’ouest, c’est vraiment ridicule et honteux pour nous. »

l'eauPour Binta qui est a Cosa, « s’il n’y a pas de courant électrique dans notre coin nous n’aurons pas d’eau potable dans les forages. Ici nous avons oublié c’est quoi l’eau de robinet, parce qu’il y a des années qu’elle ne vient même pas par accident. Donc, les plus aisés du quartier ont mis des forages a notre disposition, mais c’est si l’électricité vient nous sortons pour puiser, quelque soit l’heure. Nos puits sont sec plus que les robinets, donc c’est la galère totale. » Nous confie t-elle.

Cette plainte des femmes de Simbaya, vient s’ajouter à la manifestation des femmes de Hamdallaye il y a deux jours, contre le manque d’eau dans la capitale guinéenne.

Aminata  Diallo