Plume larmoyante d’une guinéenne, sur les maux qui rongent le pays

Je n’arrive pas à dormir surtout aujourd’hui, quand je vois toutes ces personnes malades ou brisées ou encore opprimées. Je n’arrive pas à bien respirer quand je me mire et que je me vois. Là, figée, vivante physiquement mais meurtrie au fond. Parce qu’il y a des êtres humains, qui ne jouissent pas du même privilège.

Soumah

Soumah

J’arrive à peine à retenir mes larmes telles une marre d’eau, ce sentiment d’impuissance. Cette sensation d’incapacité, ce handicap contre lequel un autre humain se bat tous les jours. Je m’imagine à la place de l’autre souffrant, endurant, acceptant et parfois se résignant au destin. Mais quel beau destin nullement que de croire que tout irait bien. Que la Générosité, la Miséricorde, l’Assistance du Tout Puissant est incommensurable.

De la souffrance à la résignation, de l’espoir à la guérison, je ne souhaite de la peine à aucune autre créature de notre Créateur, voir une personne anéantie se battre contre la nature. Tellement que je suis sensible, je me demande parfois sans savoir tout.

A tous ceux qui souffrent de différents maux soient-ils, ne désespérez point du Secours D’Allah. Puisse le Plus Généreux nous assister afin que nous gagnions nos recettes en venant à l’aide des plus démunis, les plus nécessiteux. Et que Ya Rahman nous Protège nous Fortifie et nous Guérisse, amine ya Rabb.

Peut-être que certains vont essayer de réfléchir une – deux fois avant de s’engager. Mais sachez que cela n’est point que de simples mots. C’est en fait, le ressenti d’une sœur, d’une fille, d’une modeste personne…Pour tout dire, d’un cœur en quête de moyens pour sauver une vie. Aujourd’hui, Malal est malade. Demain, qui ? Agissons, partageons, contribuons pour venir en aide aux personnes qui le désirent.

Marie Hélène Soumah, citoyenne guinéenne