Présidentielle en Guinée : « si on organise des élections c’est pour empêcher toute velléité de conflit »

Une élection présidentielle réussie sans conflit est la préoccupation de la communauté nationale et internationale. D’où des sensibilisations et formations de la société civile, des femmes et même des journalistes pour que le 11 Octobre 2015 jour J du scrutin, puisse se faire dans la quiétude. Des femmes guinéennes sont réunies pour préserver la paix, elles sont des anciennes ministres, des syndicalistes mais aussi des députés.

P1010382Hadja Fatoumata Sall est vice-présidente de la Coalition des Femmes et Filles de Guinée, COFFIG et syndicaliste, « si on organise des élections c’est pour empêcher toute velléité de conflit. Parce que là c’est le peuple qui départage nos candidats. Par conséquent je pense que c’est pour justement éviter tout conflit qu’on est en train d’organiser ces élections, c’est pour quoi chacun doit essayer de faire valoir ses idées, de convaincre la population à la nécessité d’adhérer à son programme de société, » conseille-t-elle.

D’après Mme Sall, la jeunesse guinéenne doit s’impliquer car l’avenir l’appartient. « Moi par exemple je suis vieille mais je pense à l’avenir de mes enfants, nous toutes nous nous battons pour nos enfants. Cette jeunesse à besoins de vivre, donc elle a besoin de contribuer au développement du pays. Pour cela, elle doit préserver la paix parce que c’est son avenir qui est en jeu, » dixit la vice-présidente de la COFFIG.

Aminata Diallo