Proposition de sortie de crise en Guinée du politicien Ahmed Kourouma: « Les femmes ne seront pas oubliées » dit-il

Ahmed Kourouma

Ahmed Kourouma

« En  2020 il Nous Faut Un Tournant Historique » c’est la conviction de M. Ahmed Kourouma, lisez sa proposition!

« L’élection du futur Président de la république doit constituer un événement inouï, un véritable bigbang politique.

Chers frères et sœurs,

Nous sommes sur le point d’entreprendre un voyage historique, l’un des plus grands voyages de notre courte vie. Je nous souhaite d’abord d’éprouver un vrai bonheur à prendre enfin notre avenir en main.

La crise morale et économique ainsi que le bilan calamiteux de ces cinq décennies passées doivent être pris en compte et naturellement sanctionnés, balayés dans le secret de l’isoloir.

ça suffit/ l’heure du changement est arrivée/il est temps d’avancer /

Le peuple de Guinée se doit de parler clairement pour bouter hors de notre maison commune, toute cette médiocrité politique, ces homoaffairus incapables de répondre à notre désir de progrès socio-économique. Je vous exhorte à faire preuve d’audace, de dépassement de vous pour qu’un véritable tsunami politique s’abatte sur notre belle nation.

Oui, chers compatriotes, en 2020 nous voulons un Président compétent prêt à relever les défis du XXIe siècle. Un homme sage, qui nous renvoie une image moderne, à la hauteur des formidables défis qu’il devra relever. Un homme ambitieux, qui se devra entrer dans l’histoire et qui mettra le rêve d’émergence des pères fondateurs du panafricanisme sur de francs et solides rails. Il nous faut un Président sans complexe, talentueux,  pour compenser les humiliations infligées au peuple par des années de mal-gouvernance. Il nous faut tout simplement la preuve de l’incroyable vitalité de la jeunesse guinéenne, de notre capacité à nous remettre debout, à nous régénérer. Il nous faut le meilleur d’entre nous, et celui-ci gagnera.

Il nous faut un Président atypique, serein, qui ne porte pas sur ses épaules le lourd fardeau de l’histoire guinéenne et son cortège de haine, de désolation et de repentance. Un Président des guinéens qui ne sera pas choisi pour se livrer à un examen de conscience collectif, mais bien pour qu’il résolve nos problèmes économiques et sociaux.

Président qui a de l’épaisseur, protecteur de l’intérêt national, un homme en rupture totale avec les élites qui travaillent pour leurs propres intérêts, au détriment de l’intérêt général.

Un Président qui a des projets d’actions et de réformes pour la Guinée, un homme d’état qui doit avoir un programme au parfum de New Deal : pour la mise en place d’une politique de grand travaux, création d’une banque d’investissement pour doter notre pays d’infrastructures dignes de ce nom, c’est un besoin urgent. Un plan de 500 millions de dollars pour aider à moderniser notre agriculture et l’administration guinéenne. Police, gendarmerie et Armée devront être modernisées à hauteur d’investissements supplémentaires de 300 millions de dollars par an. Une aide d’urgence de 80 millions de dollars pour aider nos compatriotes les plus vulnérables durement frappés par la crise économique et la précarité. Alléger les impôts de ceux qui gagnent moins du smic par mois, alourdir et frapper les revenus du capital des entreprises minières. Investir plus de 35% du PIB dans l’éducation et la formation de nos enfants favoriser nos petites et moyennes entreprises par une politique de patriotisme économique. Les femmes et les personnes âgées ne seront pas oubliées. Surtout il doit mettre en place un projet de couverture médicale pour tous les guinéens à hauteur de cent vingt millions de dollars. 

Son autre priorité doit être de résoudre les problèmes de dégradation de l’environnement, une forte politique de salubrité, le projet de réduction des émissions de CO2 (par rapport au niveau de 2001) d’ici 2035. Avec une diminution de 15% de la consommation de pétrole à échéance de 2030, grâce, notamment, à la production de biocarburants. Il devra prévoir avec l’aide de la banque africaine de développement 300 à 650 millions de dollars d’investissements dans les énergies nouvelles, c’est une question de souveraineté nationale.

Si nous inventons une nouvelle économie d’énergie renouvelable, nous créerons aisément un million d’emplois. C’est la prochaine bulle économique africaine.

Le meilleur d’entre nous sera aussi attendu sur les grandes affaires de délinquance économique. Il bénéficiera d’une fenêtre d’opportunité qu’aucun de ses prédécesseurs ne pouvait espérer. Avec notre soutien, il devra éliminer les zélotes les plus ardents du chacun pour soi, et ainsi offrir aux guinéens une redistribution des richesses inédites. Il devra remplacer les chiffres et les courbes par le vécu concret. D’un bout à l’autre de l’Afrique, au Mali, en Côte d’Ivoire comme au Sénégal et en Afrique du Sud, une nouvelle frénésie guinéenne doit s’emparer des foules. De quoi faire renaître le rêve d’une Afrique unie.

Nous devrons par notre choix, être absolument convaincu que le prochain locataire de Sekoutoureya va insuffler une nouvelle dynamique au pays, redonner vigueur aux aspirations de la jeunesse guinéenne, qui paraissait s’étioler, sous le poids de la corruption.

Il devra composer avec nos déceptions, et rendre des comptes à une jeunesse traditionnellement optimiste qui croit dur comme fer au volontarisme, pour ne pas que la déception l’emporte de nouveau. Il devra être vrai, contenu, courageux et tenace pour en finir avec la fracture sociale.

Notre futur Président élu aura du pain sur la planche. Il devra se montrer capable de sanctionner des décennies de mauvaise gestion et sans perspective d’échecs. Car nous serons intransigeants, heureux mais soucieux malgré tout. Il en va du futur de notre pays. Puisque désormais nous refusons de jouer la carte ethnique de l’obscurantisme.

Mes chers compatriotes, il reste une inconnue de taille, qui d’entre nous aura les épaules assez larges pour faire face à de tels défis ?

Une chose est sûre : le prochain Président de la république de Guinée devra être proche des citoyens et de leurs préoccupations. Cet homme qui nous redonnera l’envie de croire en l’avenir, représente un changement de direction et nous en avons plus que besoin. Mais il devra nous montrer très vite, qu’il aura de quoi faire mentir tous les oiseaux de mauvais augure.

Ahmed kourouma

Conseiller politique

Ancien secrétaire général

De l’UPG

Pour une Guinée solidaire. »