RATOMA s’engage pour l’abandon des MGF et des mariages précoces

C’est avec des déclarations publiques d’abandon des mutilations génitales féminines (MGF), que 17 des 34 quartiers de la commune de Ratoma, sont en train d’exprimer volontairement leur engagement à protéger les femmes et filles de leurs localités. Ceci depuis le 12 octobre jusqu’au 19 novembre 2016, piloté par la Fondation Binta ANN pour les Enfants et les Femmes (FONBALE), grâce au financement et l’accompagnement technique de l’UNICEF.

representante-du-ministere-de-laction-sociale-a-la-commune-de-ratoma-et-la-presidente-du-clef-de-bantounka-1

representante-du-ministere-de-laction-sociale-a-la-commune-de-ratoma-et-la-presidente-du-clef-de-bantounka-1

L’objectif général consiste à encourager les communautés de la commune de Ratoma, à s’engager dans la dynamique de la promotion et de la protection des droits de l’enfant, avec un accent sur la lutte contre toutes les formes de violences à l’encontre des femmes et filles, plus particulièrement les MGF et les mariages précoces.

famille-engagee

famille-engagee

Hier Mercredi 19 octobre, était le tour du quartier Bantounka 1 (Cosa). Avec la complicité du Conseil Local Enfant et Famille (CLEF), la FONBALE a tenu en haleine plus d’une centaine de femmes, de sages et de jeunes de ce quartier afin que les autorités du lieu fassent leur déclaration publique. La cérémonie a bien réussi dans le quartier même si le chef du quartier et certains chefs de secteurs ne se sont pas présentés. Néanmoins, les autorités présentes et les familles de certaines petites filles accompagnées de ces dernières, se sont engagées pour la non excision de leurs filles et elles ont promis ne pas les marier avant l’âge de 18 ans.

Déjà plusieurs quartiers ont fait la même chose, notamment Yattaya, Sonfonia, Kipé, Hamdallaye entre autres.

Aminata Pilimini Diallo