Santé maternelle : des femmes en colère manifestent à Conakry

C’est dans le but de dénoncer le mauvais traitement qu’elles subissent  dans des hôpitaux, que les femmes réunies en une association appelée « Collectif pour une Prise en Charge Humanisée des Femmes Enceintes et des Accouchements (CPCHFEA) », ont organisé une marche silencieuse, ce vendredi 18 mai à Conakry.

Cette marche a débuté du rond point du Port Autonome de Conakry, jusqu’au ministère de la Santé à Kaloum. Ces femmes habillées en rouge et blanc brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Pare ce que toute vie mérite d’être sauvée, marchons pour la vie ».

En effet, dans son mémorandum, le collectif  a dénoncé la situation catastrophique que des femmes enceintes subissent dans des différentes structures sanitaires du pays.  La même association signale que des hôpitaux de la place enregistrent plus de cas de décès que de naissances vivantes.

C’est dans ce sens que le collectif appelle à une action urgente pour réduire la mortalité maternelle et néonatale afin de mettre un terme à la souffrance physique et psychologique de ces femmes.

Dans la même optique, il a souhaité  que l’Etat prenne des mesures pour dynamiser la prise en charge des femmes enceintes et les accouchements.

En réponse, le représentant du ministre de la Santé, Sékou Condé, promet de fermer tous les hôpitaux qui ne répondent pas aux normes sanitaires. Ainsi, il a affirmé que leur département fera une inspection systématique des cliniques.

Aye Condé pour actu-elles.info