Sénégal : quelques éléments des enquêtes du viol de Bineta Camara ont été révélés

Bineta Camara
0
Bineta Camara

C’est samedi vers 21 heures que le corps sans vie de Bineta Camara, fille de Malal Camara, directeur général de l’Agence de développement local (Adl), a été découvert dans la maison familiale sise à Sara Guilèle (Tambacounda).

Les faits se sont produits pendant que le père était à Dakar et la maman, commerçante de son état, en Chine. La défunte était seule dans la maison avec le gardien qui affirme qu’il était sorti dîner et que c’est à son retour sur son lieu de travail, qu’il aurait découvert le corps. Les premiers constats établis par les enquêteurs attestent que la victime a été violée avant d’être étranglée. Pire, des traces de coups ont été découvertes sur le corps, notamment au niveau du visage et du ventre.

Libération a pris connaissance des premiers éléments des enquêtes ouvertes à la suite du viol, suivi du meurtre de Bineta Camara à Tambacounda.

Le gardien est depuis lors entendu sous le régime de la garde à vue. Officiellement c’est juste pour les nécessités de l’enquête.
Mais, selon des sources de Libération, plusieurs incohérences ont été notées dans la déposition du vigile qui semble avoir des trous de mémoire.

Selon Enquête, des sources proches du dossier révèlent que son degré de culpabilité est très élevé, dans la mesure où, outre la victime, il est le seul à avoir accès à la maison qui est construite de sorte qu’une personne extérieure ne peut y accéder pour commettre un crime. À cela s’ajoute le fait que des traces de sperme ont été trouvées sur ses habits. Ce qui pousse certains à avancer la thèse du viol qui a mal tourné.

Quoi qu’il en soit, une équipe de la police scientifique et technique a été dépêchée, hier dimanche, en début d’après-midi, sur les lieux du crime pour effectuer des prises d’empreintes et déterminer l’identité des personnes présentes lors du drame, rapporte sanslimitesn.com.

Selon sanslimitesn.com, alors que jusque-là, la peine maximale prévue pour le viol est de 10 ans de prison ferme, l’ancien président du groupe parlementaire de la mouvance présidentielle, Moustapha Diakhaté propose un durcissement de la loi sur le viol. Sur sa page Facebook, il propose la peine de travaux forcés à perpétuité assortit d’une castration chimique pour les violeurs.

Leave A Reply