Trafic de chanvre indien : deux femmes ont été prises main dans le sac, à la rentrée de la plus grande prison de Conakry

Arrêtée en flagarant délit le 18 juillet dernier devant la maison centrale de Conakry, Madalo Soumah, marchande, a tenté d’y introduire du cannabis enfouis dans du savon local, appelé communément kabakoudou. Elle aurait reconnu les faits tout en dénonçant Ami Keita, d’après le commissaire Kassé.

Les boules de savon contenant le cannabis

Les boules de savon contenant le cannabis

Cette Ami Keita, serait la jeune soeur d’un membre d’un des plus grands groupes de bandits de la Guinée, qui est d’ailleurs détenu dans cette même prison où ces deux femmes voulaient introduire ce stupéfiant.

Commissaire Kassé pointe du doigt ces bandits d’être en complicité avec certains membres de leurs familles, qui leur rend souvent visite. Il accuse Kaké, le frère de Ami d’être le receveur de ces boules de savon, afin d’en revendre dans la prison.

Commissaire Kassé signale que ce n’est pas la première fois qu’il y a eu tentative ou introduction du cannabis dans cette maison,  où sont détenus les plus grands malfrats de la Guinée. Il rajoute qu’ils ont eu à interpeller des agents pénitenciers de cette prison, pour les mêmes faits de tentative ou d’introduction de chanvre indien dans la maison centrale. Ils sont au nombre de huit (8) policiers et sont dans les mêmes conditions que les autres détenus de la maison.

Ces deux femmes prises en flagrant délit, Madalo et Ami, ont été présentées au procureur de la république, hier jeudi 20 juillet et elles sont sous mandat à la prison centrale de Conakry.

Aminata Diallo