Un autre cas de viol d’une fille de 3 ans, à Pilimini

Le viol devenu une coutume en Guinée,  il ne se passe pas une semaine sans qu’un cas ne soit enregistré dans la capitale Conakry ou à l’intérieur du pays. Le dernier cas s’est produit le 25 mai dernier dans le village de Bassara, district de Bansouma, sous-préfecture de Pilimini dans le Fouta Djallon, aux environs de 15 heures.

LE VIOL

LE VIOL

Selon notre source le correspondant de mediaguinee, c’est au moment où tous les habitants du village étaient au champ que le jeune du nom de Kalidou Diallo, âgé de 17 ans a profité pour faire sa sale besogne.

Le sous-préfet de Pilimini, Diao Diallo aurait déclaré ceci,  «  j’étais dans mon bureau lorsqu’on m’a informé qu’une fillette de 3 ans a été transportée à l’hôpital sous préfectoral  et qu’elle se trouvait dans un état très grave. Certaines personnes sont allés loin en me disant que la fillette a des déchirures au niveau de ses parties génitales et que c’est une chose qu’on peut bien assimiler à un cas de viol. Après avoir demandé aux médecins de vérifier si elle a été violée, j’ai donné des instructions à la gendarmerie de recherche de mettre aux arrêts  le violeur et sa famille, histoire d’approfondir les enquêtes ».

De poursuivre, le préfet ajoute, « lorsque je suis arrivé à l’hôpital, la fillette pleurait de toutes ses forces et j’ai immédiatement mis la gendarmerie en branle pour rechercher vite le jeune et son père. Arrivée dans le village de Bassara, secteur de Bansouma, elle (la gendarmerie) a trouvé que le jeune et son père du nom de Mamadou Yaya et sa mère Assiatou  ont tous pris la poudre d’escampette. J’ai donc demandé à tous les citoyens du secteur de rechercher la famille du présumé violeur, » dit-il.

Au téléphone avec notre source, la mère de la fillette victime s’est exprimée sous anonymat en signalant tout simplement que sa fille a été violée lorsqu’elle et son mari se trouvaient tous au champ. «  J’étais au champ avec mon mari comme d’habitude. Je précise que je laisse souvent ma fille chez mes voisins. C’est-à-dire la famille du présumé violeur pour qu’elle la garde pour moi. Mais ce jour à mon retour du champ, j’ai constaté  des tâches de sang sur sa jupe et ses yeux étaient rouges comme si elle avait pleuré. Au moment où je changeais ses habilles, j’ai vu du sang sur sa partie génitale. Immédiatement elle a prononcé le nom du jeune Kalidou Diallo. J’ai demandé au jeune et il ma dit qu’elle est tombée lorsqu’il jouait avec elle. On a un peu disputé et comme sa famille prenait sa défense, je suis allée à Pilimini pour informer les autorités avant d’amener ma fille à l’hôpital », a-t-elle confirmé.

Cependant, le présumé violeur et sa famille sont toujours  introuvables. Quant à la victime, elle continue encore à recevoir des soins à l’hôpital sous-préfectoral de Pilimini.

Affaire à suivre !