Un projet pour sauver les femmes, mais aussi tous les guinéens des violences notamment politiques

Search for Common Ground a initié un projet pour permettre à la Guinée d’être à l’abri des troubles notamment celles politiques.  Comment atténuer et prévenir les risques de violences mais surtout comment  gérer les conflits en périodes électorales ? C’est les principales questions que ce projet cherche à répondre.

projet  EWER

projet  EWER

En Afrique, les périodes électorales sont émaillées de violences.  Comment faire en sorte que la donne change pour le cas guinéen? C’est cette question que traite le projet EWER ou  alerte précoce et réponse rapide. Initié en septembre 2015, l’idée est de fédérer les efforts afin de mettre en place un mécanisme qui pourrait aider les acteurs impliqués dans le processus électoral, à mieux gérer les conflits dans les différentes communautés.

Le chef de projet  EWER, Bambou DIABY, a précisé que des conflits domaniaux, de la justice populaire, de l’exploitation minière sont aussi traités. Mais c’est ceux de la politique qui a inspiré ce projet.

Le projet est mis en œuvre à Conakry et maintenant dans environs 10 autres préfectures notamment Labé, Kankan, Siguiri, Beyle, Yomou. Les préfectures sont concernées, parce que ces zones paraissent être potentiellement des parties sensibles. Donc l’objectif  général du projet, est d’atténuer les risques émergents de violences électorales et communautaires, tout en faisant accroitre les capacités des acteurs impliqués dans le processus électoral, dans l’identification et la détection des signes émergents de violences. Puis accroitre leur capacité de réaction rapide.

projet  EWER

projet  EWER

Pour atteindre ces objectifs, une série d’activités est organisée par le projet comme, l’implantation des plateformes dans plusieurs préfectures. Une fois que des violences sont pressenties, les acteurs qui sont membres vont essayer soit de  prévenir ou de réduire les risques.  Pour que ces plateformes fonctionnent, des alertes ont été installées, composées de 56 observateurs qui sont chargés de remonter des alertes en temps réels. Et les plateformes vont rapidement statuer  pour proposer des solutions.

Pour  expliquer les actions menées sur le terrain par le projet, le chef du projet affirme travailler sur la signature des accords politiques du 12 octobre 2016. « Nous avons constaté, à cause du non respect de ces accords, même à l’intérieur, les attaques par médias interposés devenaient inquiétant. A cet effet, on s’est dit qu’il faut vite agir. Donc on a organisé des forums publics en collaboration avec l’ambassade américaine. N’Nzérékoré a bénéficié puis Faranah et Kankan. L’idée c’est d’accroitre la compréhension de ce qui est fait, de ce qui manque et quels sont les défis et les perspectives ? ». Et Bambo a expliqué que ces forums ont laissé des traces positives chez les communautés.

Ce projet est appuyé  par le ministère de la citoyenneté pour son exécution  effective. C’est le 15 Septembre 2015 qu’EWER a été initié et il prendra fin au mois de mai prochain. Aujourd’hui, ce projet est très utile pour les guinéennes et guinéens, parce qu’une série d’élections est prévue.

Yacine DIALLO

622668238