Une camerounaise en Guinée : « malheureusement on croit qu’être une femme de valeur, c’est être forcement derrière un bureau sous une clim, » dixit Sanzy Viany

La trentaine à peine,  Sandrine DZINGUENE alias Sanzy Viany, est originaire du Cameroun, elle est artiste chanteuse et musicienne. Le week-end dernier, elle était en Guinée pour sa première fois, avec la burkinabè Nabalüm , pour un double concert organisé par l’institut français de Paris.

Sanzy Viany credit photo google

Sanzy Viany credit photo google

Sanzy est comédienne et est lauréate du prix Visa Pour la Création 2016, qui l’a couté une tournée africaine dans dix pays, dont la Guinée, où d’ailleurs elle a offert un concert le samedi 14 octobre dernier, au Centre Culturel Franco Guinéen, accompagnée de Nabalüm  qui est aussi lauréate du même prix.

Plus de 10 ans de carrière, Viany qui signifie le soleil dans son dialecte au Cameroun, affirme que chanter est un exercice de révision pour elle. Pourquoi elle est soleil ? « Je m’appelle Viany parce que lorsque ma mère m’a aidé à trouver un nom d’artiste, elle a voulu que je sois toujours celle qui va briller partout où elle va passer, » a-t-elle dit.

Sanzy Viany credit photo google

Sanzy Viany credit photo google

Sanzy chante pour honorer les femmes. Elle le fait car elle pense que, la femme africaine a encore beaucoup de choses à faire. « Je pense que principalement les femmes rurales, celles qui sont au champ, qui vendent au marché sont parfois marginalisées. Aujourd’hui malheureusement on croit qu’être une femme de valeur c’est être forcement derrière un bureau sous une clim. Oui c’est vrai qu’on est grande femme quand on et militaire, quand on est magistrat, mais il y a aussi de grandes femmes qui sont cachées quelque part qu’on n’honore pas. Et puisque l’artiste doit dire des choses que d’autres ne disent pas, moi dans mes chansons, j’ai voulu dire à tout le monde que les mamans du village, les femmes africaines, celles qui se battent pour envoyer leurs enfants à l’école en vendant des bananes sont des grandes dames aussi, » argumente-t-elle.

Pilimini