Une femme battante au foyer, viol, paix et quiétude, Hadja Rabiatou en parle

C’est dans une interview exclusive, qui sera bientôt publié sur votre site actu-elles.info, que la syndicaliste, présidente du Conseil Economique et Social CES, donne des conseils aux autres femmes actives comme elle. Elle parle du viol qui lui fait chaud au cœur mais aussi du rôle de la femme dans la préservation de la paix et la quiétude sociale.

Hadja Rabiatou Serah Diallo

Hadja Rabiatou Serah Diallo

Mme Rabiatou est une épouse et mère d’enfants, elle est syndicaliste et active depuis sa tendre jeunesse, mais elle arrive à concilier foyer et boulot. Son secret est, « facile, moi je considère que mon mari est le premier bébé de la maison. Il a besoins de moi et je dois le réconforter, je dois pouvoir le motiver, le sensibiliser sur ce que je suis en train de faire pour qu’il m’accompagne, » dit-elle dans le cadre du couple.

Parlant de l’éducation de ses enfants et l’entretien de sa maison, elle rend hommage à son entourage, « nous sommes des familles africaines, n’oubliez pas ça. Donc le brassage est très profond, on a notre culture, notre façon de faire. Nous avons nos beaux-parents, nos propres parents, ainsi que les voisins qu’il faut utiliser. Tous ceux-ci peuvent aider dans l’éducation des enfants, dans tout ce qu’on entreprend, dans le ménage, chacun s’implique pour que quand tu n’es pas à la maison, qu’il n’y est pas un vide.  Et le peu de temps que tu as, quand tu reviens à la maison, tu consacres ça à la famille, donc  lier l’utile à l’agréable, mélanger les choux et les chèvres ensemble pour que tout se passe bien.»

D’après cette femme qui a secoué la fin du règne du feu président Lansana Conté en 2007, il faut  créer cette confiance entre ton mari, toi et ta belle famille, parce que, selon elle, c’est la belle famille qui aime toujours créer des troubles, quelques fois le mari est très correcte, mais les femmes rencontrent des difficultés.

Parlant de violences faites aux femmes, elle a préféré parler du viol. Elle dit ceci, « là mon cœur grince, j’ai le cœur serré, je suis meurtrie, surtout concernant les viols. C’est un phénomène contre lequel on doit lutter, parce que même des personnes âgées sont violées par des petits enfants, ou alors des fillettes de un an de deux ans, qui entraine quelque fois la mort de certaines malheureusement. Je pense que nous avons beaucoup à faire pour lutter contre ces violences. Je ne sais pas si c’est une malédiction ou qu’est ce qui arrive, mais vraiment on n’est pas habitué à ça, même si ça existait ce n’était pas aussi visible ».

Hadja Rabiatou Serah Diallo

Hadja Rabiatou Serah Diallo

Elle  souhaiterait donc  que tout le pays se ressaisisse. Mme Rabiatou crois quelques fois que ces violeurs sont des malades mentaux. Elle nous a confié qu’une de ses petites filles a été violée à Dubreka une préfecture de la Guinée, et que le violeur a été arrêté et relâché après, il n’y a jamais eu de jugement. Donc, « il faut que tous les guinéens se mobilisent, si tu n’es pas père tu es mère ou religieux. Que chacun de nous en fasse son problème personnel. Evidemment il faut que l’Etat aussi se ressaisisse pour lutter contre ce genre de phénomène, » a-t-elle suggéré.

Parlant de la paix et la quiétude, elle appelle les femmes à jouer leur rôle. « Que les femmes cessent de se sous-estimer, elles ont une large responsabilité. Dans un foyer où il n’y a pas de femme, l’éducation des enfants est ratée, » affirme Mme Rabiatou. Elle rassure que ce sont les femmes qui doivent lutter pour l’éducation et pour la paix.

Aminata Diallo