Viol, homosexualité, crime, des maux à l’encontre de la culture guinéenne?

Baldé Elhadj Ousmane Sociologue diplômé du Centre Universitaire de Labé et étudiant en Master (Sociologie et Anthropologie) à l’International Islamic University de la Malaisie, fait ici son analyse.  

ousmane Société malade ou hors repère culturelle.  De la calcination à l’homosexualité en passant par le scandale sexuel, la Guinée va de travers à l’encontre des normes et valeurs culturelles. « Devenons-nous des bâtards culturels ou esclaves culturels ? D’abord le fait qu’un homme soit calciné ou brulé toujours par des masses en colère prouve à suffisance la faiblesse de notre système  judiciaire. La masse agit lorsqu’elle n’a plus confiance à des personnes censées veiller à l’applicabilité de la loi. Quand elle agit c’est grave, car pour les psychologues sociaux spécialisés dans l’étude des foules, la masse n’a pas de conscience. Si la loi ne se sent pas ce sont des choses comme cela qui risquent d’arriver. Il faut que la justice se rende efficace dans son travail, punir selon la loi et sans aucune considération quelle qu’elle soit. La Justice est une institution capitale pour parler d’Etat de droit. Mais, hélas! » constate Mr Baldé.

Il poursuit en ces termes, «en Guinée cette institution est fantôme. Là où la justice ne fonctionne pas comme l’a voulu Montesquieu, dans son ouvrage de l’esprit des lois, sur le « principe de séparation des pouvoirs ». Où le judiciaire roule pour l’exécutif, c’est pas facile d’asseoir une vrai démocratie à cet effet ».

Selon lui, en Guinée lorsque vous appréhendez un présumé vous lui conduisez à la justice le plus souvent il sort victorieux, si non relaché peu de temps après et vous qui l’avez filé vous n’êtes plus en sécurité, il va chercher à se venger. Cet état de fait décourage la population de coopérer avec l’Etat dans le sens d’arrêter les supposés coupables. Parce que, d’après Elhadj  l’organe de l’Etat censé assurer la justice pour tous est malade. Il condamne le fait que la population se rende justice, mais pas pour autant. Car, si la justice jouait pleinement son rôle, cela n’aurait pas du arrivé. Alors, il pense que la Guiee a besoin d’une vraie justice, indépendante de l’exécutif et impartiale dans l’application de la loi.

elh oumaneQuant au scandale sexuel qui a fait le buzz cette semaine sur les reseaux sociaux, « je regrette de la manière dont d’autres personnes utilisent le web en Guinée. Tous les gens qui ont partagé cette vidéo ne devraient pas, car un responsable ne peut pas la regarder. Il fallait donc s’abstenir à tout partager et parler du fait. C’est regrettable que des gens qui peuvent être fille ou fils de la mère de Tamsir insulte cette femme en ligne. Et si on pensait à contrôler ou supprimer complètement facebook en Guinée cela serait mieux. Oui, nous perdons toutes valeurs qui nous identifient en tant que Guinéens. Nous n’avons pas d’abord la maturité d’utiliser les réseaux sociaux, c’est cela le grand hic. Facebook et les autres réseaux sociaux ne sont pas seulement pour la Guinée, les autres nous observent et ils se moquent de nous. C’est vraiment honteux tout cela! » suppose Elhadj Ousmane.

DrapeauGuineeS’attaquant à l’homosexualité, il cite ceci, « pour les spécialistes du mental humain tel que Sigmund Freud  les homosexuels sont des malades mentaux. Les psychologues ont déjà dit que la contre nature ou la folie de la prétendue modernité-barbare ne fait que commencer. Je ne comprends pas comment quelqu’un qui a des parents hétérosexuels peut s’autoproclamer homosexuel. D’autres me diront que cela est naturel ou bien du à l’éducation, moi je répondrais non. Pourquoi non parce qu’aucun enfant ne nait homosexuel et c’est gauche qu’il acquiert une éducation venant de parents hétéro à moins qu’il se transforme au futur dans son cercle d’ami. Cet acte qui ne colle pas à notre culture doit être repoussé par tous les moyens. Car aucune loi ne devrait en ce sens être créée pour normaliser cet acte qui va à l’encontre de nos valeurs. Autoriser le droit aux homosexuels de pratiquer. c’est une thèse bidonne, insensée que soutiennent là les prétendu défenseurs de droits humains. L’un des objectifs premier d’une union entre deux sexes est bien sur la procréation. Sachons que toute loi doit forcement avoir l’image de la culture ou elle doit s’appliquer, » confirme Balde Elhadj Ousmane.

Pilimini